in

Volley-ball : sur Is filets de la défiance et du mépris de la tutelle…

La réunion dite de conciliation entre les parties en crise à la Fédération camerounaise de volley-ball (Fecavolley) tenue vendredi 18 novembre dernier au ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep), a accouché d’une souris. En cause, l’attitude désobligeante du président sortant face au représentant du ministre.

La volumineuse correspondance pondue par Serge Julien Abouem à l’attention des membres de l’Assemblée générale de la Fécavolley, au soir du 18 novembre dernier, soit quelques heures après cette réunion de conciliation qui a viré à l’invective doublée d’une saga d’attitudes et de paroles irrévérencieuses, en dit long sur l’ambiance désormais explosive qui règne entre le président sortant et sa tutelle, flinguée à bout portant pour avoir osé demander le 15 novembre, « de surseoir aux opérations électorales au sein de la Fecavolley, jusqu’à la prise de mesures correctives, en relation avec le Comité de suivi dudit processus ».

Prenant la parole lors de cette rencontre présidée par Joseph Yerima le Secrétaire général du Minsep, Michel Dissake Mbarga, Inspecteur général de service, Biatlou Bakomou, Inspecteur de service, Léon Godfrey Sango, Directeur des Normes et du suivi des organisations sportives et d’autres membres influents comme Biaise Re-Niof Mayam, Dr Malick Evele, Bello Boudanne, 1er Vice-président de la Fecavolley, Nathan Dang, Secrétaire général, Antoine Biyag, président de la Ligue régionale de volley-ball du Littoral et Joe Archange Samba Ngwana, président d’Efoulan volley-ball, le sieur Abouem signe mordicus que cette décision a été prise « injustement, sans respect du principe du contradictoire et sur la base des rapports tronqués », lit-on dans la lettre portant en objet « compte rendu de la concertation de ce jour au ministère des Sports »

Etat de non-droit

D’ailleurs, appuie-t-il, « je n’ai pas manqué de rappeler au président de séance que cet état de chose nous est préjudiciable dans un contexte où la Fécavolley se finance de plus en plus sur le marché. Cet état de chose la mets en difficulté chez ses partenaires, sponsors et banquiers qui nous font confiance car l’acte du ministre donne l’impression d’une

fédération où il y’a ma [gouvernance »;«£ le croire, la Fécavolley est victime d’une cabale sans doute ourdie par la tutelle qui a pourtant brandi pour justifier l’acte pris, l’état de non-droit et l’ensemble des irrégularités qui ont entachés le début du processus électoral. L’homme va en rajouter une couche lorsqu’il mentionne dans son compte-rendu le contentieux relatif à la saisine du Tribunal de Première instance par Bello Bourdanne.

« J’ai expliqué que ce contentieux né de la saisine de la juridiction par monsieur Bello, a été vidé par ta sentence du Tribunal de Yaoundé Centre administratif, qui sur la base des Statuts de 2018, a débouté le demandeur pour défaut de qualité, ce dernier ayant perdu sa qualité de membre », détaille Abouem.

Le même exercice sera fait pour le cas Samba Ngwana où le président sortant a demandé au Sg du Minsep d’attendre que le juge vide également le contentieux. Et pour ne rien arranger, l’homme confie avoir « dénoncé ta complicité entre te Dnsos et certains membres de ta fédération notamment au regard de l’invitation querellée d’Antoine Biyag. Interrogé par nos soins, ce dernier dit reconnaître en ce compte-rendu d’Abouem, son éternelle volonté de berner l’opinion publique.

« Il est convoqué dans une réunion en qualité de président d’une association devant les autorités contre certains des membres, il arrive parte sans attendre la contradiction et lance à l’endroit de l’assistance « Vous êtes tous des néants ». C’est dire que le Secrétaire général du Minsep et ses Directeurs présents à cette assise sont tous des néants. Nous ne sommes pas contre sa forte proximité avec M. Joseph Yerima. il a confondu de cadre au point de manquer du respect à monsieur te Sg », argue Biyag.

Sans conviction Selon Nathan Dang, « moins de cinq minutes avant l’entrée du SG Minsep, arrive le président de ta Fecavolley. Il nous rappelle que ce n’est pas une juridiction. C’est juste que te Minsep doit nous accompagner en sa qualité de tutelle. Après son propos liminaire, il donne ta parole au président de ta Fecavolley. Il dit ne pas connaître Bello Bourdanne, 1er vice-président et Antoine Biyag, président de la Ligue du Littoral. Après son monologue plein de mépris à l’endroit de l’assistance, il dit qu’il va au palais de justice où il a un procès contre le président d’Efoulan volley-ball. » Quant au Dnsos, c’est sous un air abattu qu’il a dit en regardant le Sg,

« Ce n’est pas nous qu’il a méprisé, mais le Chef de ce département ministériel représentant du Chef de l’Etat. Dois-je dire ici qu’il a été formellement convié aux assises du 11 novembre 2022 et qu’il a refusé de déférer ? Aujourd’hui qu’il se présente, il insulte tout le monde et quitte la salle. Je ferai mon rapport à la très haute hiérarchie »

Réaction presque identique pour Dr Malick Evele qui a demandé au Sg de prendre ses responsabilités. A en croire M. Samba Ngwana, « monsieur Abouem est venu passer un message avec son mépris habituel à l’endroit de l assistance Lorsqu’on demande la permission à sa hiérarchie, on attend qu’elle vous soit donnée. C’est une demande qui peut être refusée Ni lui, ni son avocat Me Essimi, personne n’était au Palais de justice C’est dire qu’il a montré une fois de plus qu’il n’a pour patron que lui, même pas la loi qu’il cite sans aucune conviction ».

On attend les comptes d’emploi Joint au téléphone, Biaise ReNiof Mayam a dit combien il n’était pas surpris du comportement du président de la Fecavolley. Depuis 2013 par cinq fois, les différents ministres des Sports ont interdit la tenue des Assemblées générales devant conduire à la révision des Statuts. A-t-il respecté cela ? La Chambre de Conciliation et d’Arbitrage (Cca) du Cnosc a annulé ses décisions sur la radiation des membres élus.

A-t-il pris en compte cette position ? Il a fait radier les membres élus par 27 personnes non membres de la Fecavolley est-ce respecter les textes ? Un homme qui vous parle des partenaires rend compte de leurs apports aux membres de l’Assemblée générale. Que dit l’article 12 alinéa 3 du Code éthique de la Fédération internationale de volley- ball (Fivb) ? », lâche-t-il.

Suffisant pour ouvrir le boulevard à des interrogations qu’Abouem tend à diluer dans ses airs de suffisance. A-t-il répondu à la lettre du Minsep du 25 octobre qui l’accuse de la production de faux documents pour le compte d’emploi ? A-t-il déposé tous les comptes d’emploi depuis plus de quatre ans ?

Que dire des lourdes sommes, 1.2 milliards remis dans le cadre des préparatifs et de la participation des sélections nationales aux derniers championnats du monde ? Le Minsep a-t-il apporté l’éclairage nécessaire au sujet des défections au sein des sélections nationales pour défauts de payements des primes alors que l’argent a été débloqué ? A suivre !

Le Messager

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR camerounactuel.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    l’État accorde un prêt de 15 millions d’euros à Duralex

    Ça démarre fort pour TF1 !