Artstrip world

Une Tesla crée un scandale dans une petite ville après une recharge à l’improviste

Si les voitures électriques sont devenues monnaie courante dans les grandes villes, c’est encore loin d’être le cas dans certaines zones reculées. Ce couple, propriétaire d’une Tesla Model Y, l’a bien compris lors de son passage dans la petite ville américaine d’Ekalaka, Montana.

tesla scandale recharge
Crédits : Electrek

Bien que les ventes de voitures électriques explosent en Europe et dans le monde comme nous l’avons vu en juin 2023, voir un modèle watté circuler demeure encore un petit évènement à certains endroits reculés. Chad Lauterbach et Allis Markham, un couple propriétaire d’une Tesla Model Y, s’en est bien rendu compte à leur arrivée à Ekalaka, un petit village de 400 habitants du Montana (Etats-Unis).

Accusé de vol d’électricité par le journal local

La Une du journal local parle d’elle-même : juste à côté d’un article sur la prochaine parade des animaux de compagnie, une grande photo de leur Tesla occupe la première page avec la légende suivante : “Volts volés”. L’article explique ainsi qu’un “véhicule électrique non-identifié” a utilisé une prise de courant sur la rue principale de la bourgade pour se recharger, suggérant au passage que le propriétaire n’a pas payé pour l’énergie emmagasinée.

Dans les faits, le couple, originaire de Los Angeles, s’est rendu dans le Montana pour participer bénévolement à la fête annuelle des dinosaures au musée du comté de Carter, situé non loin d’Ekalaka. Pour cause, Allis Makham est une taxidermiste réputée, qui a travaillé à plusieurs reprises sur des reproductions de dinosaures pour le musée.

Pour réaliser ce long trajet entre L.A et le Montana, Allis et Chad ont préféré prendre leur Model Y plutôt que leur Land Cruiser FJ62 de 1989. Rien d’étonnant quand on connaît la consommation effroyable du véhicule, de l’ordre de 23 litres au 100. Après être arrivés à leur logement (une ferme située à 30 km de la ville), les batteries de la Tesla étaient quasiment vides. Et avec aucun Superchargeur à proximité, la tâche s’annonçait complexe. Il y avait bien une prise de 120 V, mais effectuer un simple aller-retour entre la ferme et la bourgade nécessiterait au moins 10 heures de charge ensuite.

tesla scandale recharge
Crédits : Electrek

Une recharge à l’improviste qui ne passe pas

Fort heureusement, leur hôte a prêté gracieusement au couple un Ford F-150 pour se déplacer le temps de leur séjour. Ce n’est qu’une fois arrivé en ville que Chad remarque une prise de courant 14-50 sur l’artère principale d’Ekalaka. Pour rappel, ces prises affichent une puissance 5 à 6 fois supérieure qu’une prise murale américaine classique, ce qui signifie qu’une charge pour parcourir 40 km prendrait environ une heure ou deux, contre dix.

Chad ramène donc sa Tesla pour la recharger grâce à un adaptateur (il en possède une armada dans son coffre). Seulement, sa compagne craint que les habitants ne voient pas forcément d’un bon oeil l’opportunisme de Chad. Après une première charge réussie, le conducteur décide de revenir le lendemain pour faire le plein d’électrons une nouvelle fois. Sauf que… la prise est maintenant fermée.

tesla scandale recharge
Crédits : Electrek

Un scandale qui finit plutôt bien

Ni une ni deux, un habitant qui a assisté à la scène invite Chad à consulter le journal local. Selon lui, le titre de la Une devrait fortement l’intéresser. Comme dit plus haut, il y trouve donc sa Tesla en gros plan, avec une accusation de vol d’électricité en prime. Histoire de mettre fin rapidement au scandale naissant, Allis Markham décide de se rendre à quelques pâtés de maisons au siège de la Southeast Electric Cooperative, le fournisseur d’énergie local pour “payer les crimes du véhicule électrique non-identifié”. 

Après avoir ri de la situation avec les employés, le couple a insisté pour payer 60 dollars en guise de dédommagement pour les quelques jours d’utilisation sur le réseau électrique de la bourgade. Ils ont même obtenu un reçu, le tout premier pour une recharge de VE édité par la SECO.

Finalement, cette histoire ubuesque pourrait avoir une belle répercussion puisque le représentant du SECO a laissé une petite dédicace sur le journal acheté par le couple : “Merci pour votre honnêteté ! Nous commençons le processus pour installer une station de recharge électrique […] Nous devons nous adopter à notre époque !”. 

Source : Electrek

tesla scandale recharge
Crédits : Electrek

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *