in

Une patiente meurt de faim au CHU de Dijon : que s’est-il vraiment passé ?

Le CHU de Dijon est accusé d’avoir laissé mourir une patiente. Claudette, âgée de 77 ans, y a été admise le 23 août dernier pour une fracture du péroné. Selon sa fille, Murielle, l’opération était considérée comme moins prioritaire et n’aurait cessé d’être reportée. Les équipes soignantes auraient donc maintenu sa mère à jeun pendant de nombreux jours, pour qu’elle soit prête à être opérée à chaque instant. 

Murielle l’assure, sa mère a eu un bouillon de légumes le 24 au soir, et c’est la dernière fois qu’elle s’est nourrie. Quand elle réclamait à manger, “ils lui ont dit ‘non, vous devez être à jeun, vous allez être opérée demain.’ Et ça pendant plusieurs jours (…) Sur la porte de sa chambre, il y avait le tableau ‘à jeun’, continuellement”, a-t-elle indiqué à nos confrères de BFM-TV (source 1).

Elle explique également avoir accepté la situation pour ne pas aller “à l’encontre de l’hôpital“. Mais Claudette est décédée quelques jours plus tard, le 31 août, après avoir été admise en réanimation pour déshydratation le 28 août. Depuis, ses enfants ont déposé plainte, rongés par la culpabilité : “ça ne va pas faire revenir notre mère, mais on ne veut pas que d’autres familles se retrouvent dans cette détresse-là”, confient-ils. 

Le CHU de Dijon se défend de toute accusation

Les enfants de Claudette affirment n’avoir reçu aucune excuse de la part de l’hôpital. “Je leur ai demandé ce qu’il s’est passé avant son admission en réanimation. Ils n’ont jamais pu nous le dire“, témoigne son fils, Jean. 

De son côté, le CHU de Dijon s’est défendu de toute faute professionnelle. “Je peux vous assurer qu’après chaque report successif, des repas ont été distribués, attribués et ces faits ont été tracés dans le dossier, a assuré Emmanuel Baulot, chef du service orthopédique et traumatologique du CHU, lors d’une conférence de presse. L’opération n’a pas pu être réalisée dans les délais souhaités du fait de reports intempestifs successifs dus au défaut d’offre de vacation au bloc des urgences”. 

La mort de Claudette fait toujours l’objet d’une enquête. L’établissement se dit “pleinement conscient de l’émotion” suscitée, mais soutient qu’il est tenu au secret médical et que les informations concernant cette affaire “ne peuvent être partagées publiquement”. 

En vidéo : Une femme de 77 ans meurt de faim au CHU de Dijon

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.santemagazine.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Kathy Griffin bannie de Twitter après avoir parodié Elon Musk

    L’Ukraine annonce des reconquêtes à Kherson, la Russie confirme son retrait