Un tribunal polonais condamne une militante pour avoir fourni des pilules abortives à des femmes enceintes

Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan a déclaré mardi qu’il s’était plaint auprès du président Vladimir Poutine de « problèmes » avec les casques bleus russes au Haut-Karabakh, mettant en garde contre une escalade dans la région agitée du Caucase.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan ont mené deux guerres pour le contrôle de la région à majorité arménienne et le dernier conflit de 2020 s’est terminé avec le déploiement des forces de Moscou.

Les commentaires de Pashinyan sont le dernier signe que l’Arménie, qui compte sur la Russie comme garant de la sécurité, est de plus en plus frustrée par le Kremlin dont l’attention est concentrée sur l’Ukraine et la confrontation avec l’Occident.

« Au cours d’une conversation téléphonique avec Poutine hier, j’ai parlé d’une possible escalade dans le Haut-Karabakh et j’ai dit qu’il y avait des problèmes dans la zone où les casques bleus russes sont responsables », a déclaré Pashinyan lors d’une conférence de presse.

« La rhétorique de l’Azerbaïdjan devient chaque jour de plus en plus agressive », a-t-il déclaré, dénonçant un blocus du soi-disant corridor de Lachin, qui est le seul lien terrestre du Karabakh avec l’Arménie.

Depuis la mi-décembre, un groupe de militants écologistes azerbaïdjanais autoproclamés a interdit la circulation dans le corridor de Lachin pour protester contre ce qu’ils qualifient d’exploitation minière illégale.

Pashinyan a décrit mardi les perturbations le long de la route comme « une préparation au nettoyage ethnique des Arméniens ».

Influence décroissante

Erevan a affirmé que le blocus avait conduit à une crise humanitaire et visait à chasser les Arméniens du Karabakh, ce que Bakou a démenti.

L’Arménie, qui abrite une base militaire russe permanente sur son territoire, est membre de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) qui comprend plusieurs ex-républiques soviétiques pro-Moscou – mais pas l’Azerbaïdjan.

La semaine dernière, Erevan a refusé d’assumer le poste le plus élevé au sein du bloc de sécurité, en partie en signe de frustration face à l’échec des casques bleus à empêcher le blocus du Karabakh.

« Ce n’est pas que l’Arménie quitte l’OTSC, c’est l’OTSC qui quitte l’Arménie, ce qui nous préoccupe beaucoup, a déclaré Pashinyan.

L’éloignement d’Erevan du bloc a marqué un autre signe du déclin de l’autorité de la Russie dans sa sphère d’influence traditionnelle.

Au moins trois Arméniens sont morts lors des derniers affrontements frontaliers début mars.

« Je tiens à souligner que cela s’est produit dans la zone de responsabilité des forces de maintien de la paix russes. Cela nous inquiète », a déclaré Pashinyan mardi.

Progrès, problèmes, lignes rouges

Pashinyan a également déclaré que l’Arménie avait récemment reçu la réponse de Bakou aux propositions d’un traité de paix complet, qu’Erevan avait soumises à la mi-février.

Il a noté quelques progrès dans le processus de paix, mais a déclaré que « des problèmes fondamentaux » subsistent parce que « l’Azerbaïdjan essaie de faire valoir des revendications territoriales, ce qui est une ligne rouge avec l’Arménie ».

Erevan a accusé les forces de Bakou d’occuper – après la guerre de 2020 – quelque 150 kilomètres carrés en Arménie, le long de la frontière commune des pays.

Le 20 février, l’Union européenne a déployé une mission de surveillance élargie dans la zone frontalière instable de l’Arménie alors que l’engagement occidental se développe dans la région considérée par le Kremlin comme son arrière-cour géopolitique.

Lorsque l’Union soviétique s’est effondrée en 1991, les séparatistes de souche arménienne du Karabakh se sont séparés de l’Azerbaïdjan. Le conflit qui a suivi a fait environ 30 000 morts.

Une autre flambée de violence en 2020 a fait plus de 6 500 morts et s’est terminée par une trêve négociée par la Russie.

Dans le cadre de l’accord, l’Arménie a cédé des territoires qu’elle contrôlait depuis des décennies et la Russie a déployé son contingent de maintien de la paix pour superviser le fragile cessez-le-feu.

(AFP)