Artstrip world

Un homme d’affaires proche de Vladimir Poutine admet des ingérences dans les élections américaines

A la veille des élections de mi-mandat aux États-Unis, un homme d’affaires proche de Vladimir Poutine, Evguéni Prigojine, a reconnu que la Russie avait déjà interféré dans des élections américaines, et qu’elle continuera à le faire.

«Messieurs, nous avons interféré, nous interférons et nous allons continuer à le faire», a déclaré ce lundi Evguéni Prigojine, un des proches de Vladimir Poutine, dans un message sur l’application Telegram. L’homme d’affaires répondait, selon CNN, a une question qui lui était posée concernant d’éventuelles ingérences russes dans les élections américaines de mi-mandat qui ont lieu ce mardi 8 novembre. C’est la première fois qu’une personnalité russe de ce plan fait un aveu d’ingérence.

Des interférences dans les élections qui sont faites «soigneusement, précisément, chirurgicalement et à notre manière, comme nous savons le faire», a ajouté Evguéni Prigojine.

L’homme d’affaires est la cible de sanctions de la part des Etats-Unis et de l’Europe, et est notamment accusé d’avoir financé l’«Internet Research Agency», une «ferme de trolls» utilisant des faux profils sur les réseaux sociaux pour dénigrer des candidats ou relayer des fake news, et ainsi avoir une influence sur le résultat de l’élection. En juillet dernier, le département d’Etat américain offrait même une récompense allant jusqu’à 10 millions de dollars pour des informations sur Prigojine en lien avec ses tentatives d’ingérence dans les élections, rappelle Reuters.

Surnommé «le cuisinier de Poutine», car il fournissait les cuisines du Kremlin, cet homme d’affaires, longtemps très discret, se montre de plus en plus comme une figure politique de premier plan au côté de Vladimir Poutine, notamment depuis le début de l’invasion russe en Ukraine.

En septembre dernier, il a reconnu avoir fondé le groupe paramilitaire russe Wagner en 2014, qui est aujourd’hui l’une des unités russes les plus efficaces dans la guerre en Ukraine. Evguéni Prigojine a également ajouté que le groupe était présent dans d’autres pays, notamment en Syrie, dans certains pays d’Afrique et d’Amérique latine. Cette milice est soupçonnée de mener des opérations du Kremlin dans l’ombre, ce que Moscou a toujours démenti.

Face à ces aveux du proche de Vladimir Poutine, le porte-parole du département américain d’Etat, Ned Price, a répondu qu’il n’avait «rien dit que nous ne sachions déjà». La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a aussi déclaré : «Nous savons également qu’une partie des efforts de la Russie consiste à promouvoir des récits visant à saper la démocratie et à semer la division et la discorde. Il n’est pas surprenant que la Russie mette en avant ses tentatives et fabrique une histoire sur ses succès à la veille d’une élection.»

CETTE ARTICLE A ETE COPIE SUR www.cnews.fr

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *