in

Tameifuna prolonge

Initialement sous contrat avec Bordeaux-Bègles jusqu’au terme de la saison, le pilier international tongien Ben Tameifuna a prolongé avec le club girondin pour deux années de plus, soit jusqu’en juin 2025.

Ben Tameifuna ne compte pas quitter la Gironde. Arrivé à Bordeaux-Bègles à l’été 2020 après cinq saisons sous les couleurs du Racing 92, le pilier international tongien a décidé de prolonger l’aventure avec le club girondin. Alors que l’UBB traverse une période de turbulences liées à des résultats en berne avec une onzième place au classement du Top 14 après dix journées et le départ du manager Christophe Urios officialisé ce mercredi, le joueur a accepté d’ajouter deux saisons à son contrat initial. En effet, alors qu’il était lié au club girondin jusqu’à l’été prochain, Ben Tameifuna l’est désormais jusqu’à la fin du mois de juin 2025 selon un communiqué publié ce jeudi par l’UBB sur son site officiel et relayé sur les réseaux sociaux.

Tameifuna en quête de trophées

Promu capitaine de la sélection des Tonga à l’occasion de la tournée d’automne, qui a vu la sélection du Pacifique dominer dans un premier temps l’Espagne pour prendre le meilleur sur le Chili avant une dernière sortie prévue ce samedi face à l’Uruguay en Roumanie, Ben Tameifuna a déjà porté le maillot de Bordeaux-Bègles à 61 reprises, devenant même « une figure du club grâce à sa bonne humeur et ses qualités en jeu », selon le communiqué du club présidé par Laurent Marti. Après avoir vécu des demi-finales en Challenge Cup, en Champions Cup et en Top 14 au fil de ses deux premières saisons avec le club girondin, Ben Tameifuna voudra sans doute mettre à profit les deux années qu’il vient d’ajouter à son engagement pour offrir à l’UBB un trophée, qui serait alors le premier de son histoire.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.sports.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    En Tunisie, la liberté de la presse est-elle menacée ?

    Inflation : Peut-on vraiment se marier avec une robe d’occasion? : Femme Actuelle Le MAG