in

Ronaldo regrette les choix de Tite

Le sélectionneur du Brésil a dévoilé lundi sa liste de 26 mondialistes pour le Qatar. Un groupe flanqué d’une absence regrettable selon Ronaldo.

Les 26 Brésiliens appelés à conquérir la Coupe du monde à compter du 20 novembre au Qatar sont connus depuis lundi. En attaque, Tite a retenu neuf joueurs: Antony, Jesus, Martinelli, Neymar, Pedro, Raphinha, Rodrygo, Richarlison et Vinicius Jr. Un contingent offensif de taille auquel n’appartiennent pourtant pas les Roberto Firmino ou Gabigol. Pas plus qu’un certain Endrick, la nouvelle pépite auriverde que d’aucuns comparent déjà à Pelé.

Pour Ronaldo, buteur légendaire de la Seleçao, ce dernier choix de Tite est regrettable. « Tout le monde se lamente de l’absence de Gabigol de cette liste mais, personnellement, si j’avais à intégrer un joueur, j’aurais opté pour Endrick, souffle le Ballon d’Or 1997 et 2002, sacré champion du monde en 1994 et 2002. C’est un garçon très prometteur et qui progresse à grands pas. Et pour lui, faire partie du groupe brésilien au Mondial au Qatar aurait représenté une expérience sensationnelle. Et très positive pour le futur de notre équipe nationale. »

Lire aussi :Qatar 2022: Une finale 100% africaine en vue, selon Eto’oListe de Deschamps pour Qatar 2022 : Heure, date, TV, sélectionnés, surprises…

L’intéressé en veut pour preuve son expérience personnelle, lui qui en 1994, alors âgé de 17 ans, avait été convoqué par Carlos Alberto Parreira pour vivre l’événement du banc. « C’est une façon de préparer le futur, comme Scolari l’avait également fait avec Kaka à la Coupe du monde 2002, mais pas Dunga en 2010 en Afrique du Sud, ignorant Neymar alors que tout le Brésil le réclamait. » A 16 ans, Endrick, qui évolue à Palmeiras et joue cette saison ses premiers matches à l’échelle professionnelle, jouit déjà d’une solide réputation au pays.

Autre décision de Tite sujette à la controverse, la sélection de Dani Alves, 39 ans, pour renforcer les arrières de la Seleçao. « Je ne suis pas venu ici pour faire plaisir aux gens qui sont sur Twitter, sur les réseaux sociaux, et qui s’y expriment, clame le stratège brésilien. C’est un public dont je ne sais pas quel pourcentage du peuple brésilien il représente. Je respecte les opinions divergentes. Je ne suis pas là pour convaincre tout le monde. Je n’ai pas cette prétention. Je ne le veux pas. Je veux juste apporter des données informatives, véridiques, pour que les gens puissent faire leur propre analyse et construire leur propre opinion. »

 

 

 

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.sports.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Alaphilippe, la grosse annonce

    Élections de mi-mandat aux États-Unis : quelles conséquences sur le soutien à l’Ukraine en cas de victoire républicaine ?