in

Qu’est-ce que le cortisol, appelé hormone du stress ?

Définition et rôle de l’hormone du stress : Qu’est-ce que le cortisol et à quoi sert-il ?

Le cortisol est une hormone, à savoir un messager secrété par une glande et qui circule dans le corps par voie sanguine pour transmettre des messages à différents organes. C’est une hormone dite stéroïde, ce qui signifie qu’elle est synthétisée à partir de cholestérol.

Dre Lecornet-Sokol, endocrinologue : Le cortisol est secrété par les glandes surrénales, situées au dessus des reins, qui ont la particularité de fabriquer plusieurs hormones importantes dans diverses fonctions de l’organisme, dont les hormones liées au stress.

Les glandes surrénales sont en effet constituées de deux couches :

  • la couche externe appelée corticosurrénale qui secrète entre autre le cortisol,
  • et la couche interne appelée médullosurrénale, qui synthétise l’adrénaline et la noradrénaline.

Quand ces deux dernières sont les hormones de la réactivité, synthétisées en premier en cas de stress aiguë, le cortisol n’est quant à lui produit dans un second temps en cas de stress aigu ou bien de manière prolongée si le stress devient chronique ou si une anxiété perdure.

Le cortisol est l’hormone du stress mais aussi de l’énergie. Il est secrété de façon cyclique dans la journée : en grande quantité le matin au réveil lorsque l’on a besoin d’énergie – ancestralement pour chasser, cueillir, pêcher – puis de moins en moins au cours de la journée et quasiment plus la nuit. “C’est ce qu’on appelle le rythme nycthéméral de la sécrétion de cortisol“, résume l’endocrinologue. 

Quels sont les effets du cortisol sur le corps ?

La sécrétion de cortisol par les surrénales se fait par le biais d’une cascade d’hormones.

  • Elle est tout d’abord initiée par l’hypothalamus qui, en situation de stress physique ou psychologique, secrète une hormone appelée CRH (Corticotropin-Releasing hormone).
  • En réaction, une autre glande située à la base du cerveau et appelée hypophyse, va secréter à son tour une hormone appelée ACTH (hormone adrénocorticotrope), qui provoque une libération de cortisol en agissant sur un récepteur des corticosurrénales.

“C’est un système de rétro-contrôle puisque le système s’adapte en fonction des besoins du corps : en cas d’excès de production de cortisol, l’ACTH va baisser. En cas de stress important : le CRH augmente, c’est la réponse au stress”, résume la Dre Lecornet-Sokol. 

Le principal rôle du cortisol, est de nous donner de l’énergie en situation de pic de stress, afin de nous permettre de fuir, de nous battre ou de lutter.

“Pour cela, le cortisol a une action sur le métabolisme principalement du glucose, mais aussi des graisses“, détaille l’endocrinologue. Il stimule ainsi la production de sucre par le foie, afin de fournir de l’énergie immédiate au corps, et augmente la dégradation des lipides pour les rendre disponibles.

L’hormone du stress chronique a aussi un effet sur le calcium : elle inhibe l’activité ostéoblastique, ce qui signifie qu’elle rend le calcium de l’os disponible pour faire fonctionner nos cellules. “C’est également une fonction catabolique d’utilisation des ressources énergétiques”, poursuit la Dre Lecornet-Sokol.

Autres actions du cortisol :

  • il régule la fonction musculaire et la tension artérielle, et augmente la vigilance.
  • “Le cortisol peut enfin avoir une action sur l’humeur : un excès modéré améliore l’humeur, une insuffisance d’apport l’affecte, et un excès important rend nerveux et irrité” résume la spécialiste.

Quel est le taux de cortisol normal en fonction du cycle journalier ?

La sécrétion de cortisol, et par conséquent son taux dans notre organisme, varie tout au long de la journée, en suivant le fameux rythme nycthémérale. Le dosage du cortisol doit donc être replacé dans un contexte horaire pour pouvoir être analysé correctement. “Les normes du laboratoires affichées dans le bilan du dosage ne tiennent pas toujours compte de l’horaire du prélèvement” insiste l’endocrinologue. Avoir des valeurs trop élevées ne signifie donc pas nécessairement que l’on fabrique trop de cortisol

Les valeurs théoriques normales sont :

  • le matin vers 8 heures : entre 275 et 685 nmol/l,
  • en milieu de journée vers midi : entre 190 et 468 nmol/l,
  • en milieu d’après-midi à 16h : entre 165 et 300 nmol/l,
  • en soirée vers 20h : entre 110 et 250 nmol/L
  • et enfin dans la nuit : entre 55 et 190 nmol/l. 

Cortisol élevé : quelles peuvent être les causes d’une augmentation de cortisol ?

Il y a des situations physiologique qui provoquent une augmentation du cortisol sanguin, sans qu’il n’y ait de pathologie des surrénales.

  • Les personnes qui travaillent de nuit, ont un cycle nycthémérale perturbé à cause de leur rythme de vie. Ils présentent généralement un taux de cortisol trop élevé en journée, ce qui leur occasionne des troubles du sommeil.
  • Le stress important, la grande anxiété ou la dépression, peuvent provoquer de grands excès de cortisol le matin.
  • Une consommation d’alcool trop importante.
  • Une consommation de café trop importante.
  • Le surpoids, ou les troubles du comportement alimentaire tels que l’anorexie mentale.

Il existe plusieurs moyens de mesurer le taux de cortisol afin de vérifier qu’il n’existe pas de dysfonctionnement des surrénales. “D’une manière générale, lorsque l’on suspecte une insuffisance de cortisol, on pratique un dosage sanguin le matin, au moment du pic de sécrétion”, explique la Dre Lecornet-Sokol. C’est lorsque l’on veut diagnostiquer un éventuel excès de production, que les choses sont plus délicates. “Il faudrait théoriquement faire une analyse le soir voire la nuit, mais les laboratoires sont fermés” poursuit la spécialiste. Deux examens peuvent alors être proposés : l’analyse des urines des 24 dernières heures ou le freinage minute, qui consiste à voir s’il est possible ou non de bloquer les surrénales. 

Prise de sang

Le dosage classique du cortisol se fait par prélèvement sanguin, effectué dans le pli du coude par le personnel médical. Le plus souvent, l’ACTH est mesurée en même temps que le cortisol, afin de détecter un éventuel dysfonctionnement de l’hypophyse.
Le patient doit être reposé au moment du prélèvement, le stress et l’effort physique doivent être au maximum évités, afin de ne pas faire monter le taux de cortisol. 

Cortisol libre urinaire 24h comment faire ?

Le dosage du cortisol libre urinaire permet de détecter une hypersécrétion du cortisol par les surrénales. Pour ce dosage, il convient de recueillir les urines dans un flacon prévu à cet effet, sur une période 24 heures. Le récipient doit être conservé au frais entre chaque recueil. Les résultats du dosage permettent d’évaluer la quantité totale de cortisol produite dans la journée, et donc de mettre en évidence une éventuelle hypersecrétion de cortisol, caractéristique du syndrome de Cushing

Excepté dans le cas d’une maladie de Cushing, caractérisée par une hypersécrétion de cortisol, il n’y a aucune raison de faire baisser son taux de cortisol.

Dre Lecornet-Sokol : Les gens prennent souvent le problème à l’envers, et pensent que c’est l’excès de cortisol qui provoque le stress, mais c’est l’inverse. Faire baisser son taux de cortisol ne prémunie donc pas d’une période de stress ou d’une anxiété chronique. 

La question à se poser est donc plutôt : comment éviter de secréter trop de cortisol ? Et la principale solution consiste donc à gérer son stress. “Il existe de nombreuses façons naturelles pour réduire le stress et l’anxiété : la méditation, la pleine conscience, le sport, et notamment le yoga, une alimentation équilibrée, la psychothérapie, la respiration, la relaxation, l’hypnose, la sophrologie ou encore les activités en lien avec la nature” énumère l’endocrinologue.
Au quotidien, entretenir de bonnes relations sociales et familiales est également essentiel pour être apaisé et moins stressé.
Une bonne hygiène de vie, avec notamment une alimentation équilibrée, riche en aliments complets et pauvre en aliments affinés ou hyper-transformés, contribue aussi à limiter les pics de sécrétion de cortisol.
Enfin, prendre soin de son sommeil, ne pas se coucher trop tard et avoir en moyenne 7 à 8 heures de sommeil par nuit, est primordial pour une bonne régulation de ses hormones du stress.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.santemagazine.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Canal+ et TF1 ont finalement trouvé un accord de distribution

    Aux États-Unis, Nancy Pelosi renonce à être cheffe des démocrates au Congrès