in

Pourquoi Giroud s’amuse de ces supporters des Bleus

De nombreux supporters ont accueillis les Bleus à leur arrivée à Doha mercredi 16 novembre.
FRANCK FIFE / AFP via Getty Images De nombreux supporters ont accueillis les Bleus à leur arrivée à Doha mercredi 16 novembre.

FRANCK FIFE / AFP via Getty Images

De nombreux supporters ont accueillis les Bleus à leur arrivée à Doha mercredi 16 novembre.

COUPE DU MONDE – Une blague qui en dit long sur l’organisation du Mondial 2022 au Qatar ? Avec quelques mots lancés en conférence de presse jeudi 17 novembre, l’attaquant des Bleus Olivier Giroud a malencontreusement (ou pas) mis en lumière un drôle de constat fait ces derniers jours au Qatar.

Évoquant l’arrivée et les premiers pas de l’équipe de France à Doha, le joueur de l’AC Milan a souligné une particularité observée à leur arrivée : « On a la chance de s’entraîner dans un stade de 2 000 places et c’est agréable d’être au contact des supporters, et d’avoir été accueillis par des supporters à l’heure du dîner. Ça fait toujours plaisir de se sentir bien accueilli comme ça. Je ne savais pas que les Indiens supportaient l’équipe de France, c’est un poids étant donné qu’ils sont un milliard », a-t-il lâché en souriant.

En effet, lors de leur arrivée à leur hôtel de Doha, les joueurs de Didier Deschamps ont été accueillis en fanfare par des supporters. S’ils abordaient presque tous des maillots, drapeaux et écharpes à l’effigie des Champions du monde 2018, la grande majorité d’entre eux semblaient d’origine indienne.

De quoi faire lever un sourcil. À moins d’avoir suivi une polémique naissante dans le petit État du Golfe persique, depuis plusieurs jours.

Des supporters encouragés à supporter ?

Derrière le trait d’humour d’Olivier Giroud se cache en réalité une interrogation partagée ces dernières semaines : le Qatar utilise-t-il de faux supporters pour donner de l’élan et de l’engouement à la compétition de football organisée du 20 novembre au 18 décembre ?

Comme le raconte le journal L’Équipe, au moment où le groupe France rejoignait son hôtel mercredi soir, certains supporters semblaient très passionnés par l’équipe de Kylian Mbappé et Karim Benzema : « J’ai aimé l’équipe de France avec Zidane en 1998, c’est une longue histoire ! », lance l’un d’entre eux. « On accueille nos champions du monde, allez les Bleus (en français dans le texte) », dit un autre, selon le récit du journal.

De quoi intriguer et questionner sur la motivation réelle de ces supporters, pour la plupart originaires de la région du Kerala, dans le sud de l’Inde, selon le quotidien sportif. Sur les réseaux sociaux, ils ont été qualifiés à maintes reprises de « figurants ». Surtout depuis la vidéo partagée par le DJ français L.B One, montrant plusieurs scènes de liesse pour célébrer l’Albiceleste de Lionel Messi ou la Seleçao de Neymar Jr.

Présentés comme des travailleurs issus de la diaspora indienne (plus de 700 000 immigrés indiens résident au Qatar), ces supporters sont devenus presque malgré eux des acteurs principaux de la Coupe du monde, accusés d’être de « faux fans » payés par le pays hôte de la compétition pour assurer le spectacle avant le coup d’envoi du Mondial. De son côté, le comité d’organisation de la Coupe du monde a totalement nié ces accusations.

« De nombreux journalistes et commentateurs sur les réseaux sociaux ont émis des doutes sur le fait qu’il s’agisse de vrais supporters. Nous rejetons en bloc ces affirmations, qui sont aussi décevantes que peu surprenantes », défendait à ce titre l’organisation mercredi dans un communiqué.

Dans une vidéo, le média Brut estime toutefois que certains profils de ces supporters ayant participé à cette « fan-walk » laissent peu de place au doute, même si nombre d’entre eux se défendent d’être de vrais fans. Sur les réseaux sociaux de certains, le média a remarqué qu’ils participaient activement à la communication de la Coupe du monde par le biais de « fan-clubs » créés au plus tard au début de l’été 2022. Pour autant, il reste très compliqué d’établir des preuves d’une implication directe ou indirecte du Qatar dans la création et le développement de ces groupes.

Un vrai fan-club indien

Le journal L’Équipe et Le Parisien apportent toutefois un élément de réponse plus tangible, du moins pour les Bleus.

D’après eux, les supporters ayant accueilli les Français sont bien de vrais supporters. Tous ou presque font partie d’un groupe qui a vu le jour bien avant l’été 2022. Fondé en 2014 sous le nom de « French Fans Kerala », ce fan-club de l’équipe de « DD » a depuis changé de nom en 2020 pour devenir le « French Football Fans Club India » et est présidé par un certain Thoufeer Kaitha Valappil, surnommé « Thoufy ».

S’il revendique 3 000 membres actifs à ce jour, le « French Football Fans Club India » compte près de 300 membres au Qatar pour la plus prestigieuse des compétitions de football cet hiver. Le fan-club est d’ailleurs partenaire des « Irrésistibles Français », le principal groupe de supporters français des Bleus.

« Thoufy est ultra-passionné de l’équipe de France. Il est lui-même adhérent de notre groupe. On s’écrit tous les mois et on doit se retrouver ce week-end à Doha. On s’est rencontrés il y a quatre ans à Kazan, pendant la Coupe du monde en RussieIl était bloqué à l’entrée du stade à cause d’un drapeau non autorisé. Je suis intervenu et j’ai réussi à le faire passer », témoigne auprès de L’Équipe Hervé Mougin, président du groupe « Irrésistibles Français ».

Un signe de bon augure pour les Bleus, qui auront donc l’assurance d’être encouragés par de vrais fans, dans un pays où le nombre de supporters français attendu est encore très dur à déterminer, en raison des frais de déplacement et des mouvements de boycott instigués par plusieurs associations de supporters en lien avec le respect des droits de l’homme.

À voir également sur Le HuffPost :

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.huffingtonpost.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Hyperandrogénie : causes, conséquences, prise en charge de cet excès d’hormones masculines

    c’est la cata sur PC et le jeu veut vous faire payer