in

«Pour l’exécutif, un second semestre plus décisif encore»

GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

CONTRE-POINT – Ce premier semestre fut compliqué sur le plan politique. Avec son second semestre à Matignon, Élisabeth Borne entre dans le dur.

En route pour un nouveau 49-3. Ce sera le cinquième depuis la rentrée, rendu nécessaire par l’échec de la commission mixte paritaire sur le budget de la Sécurité sociale (PLFSS). Jamais une formalité, mais presque une routine désormais pour Élisabeth Borne. En six mois, la première ministre peut se vanter d’avoir fait passer ses premiers textes: les mesures de pouvoir d’achat, les deux budgets, l’assurance-chômage ou encore, dans quelques jours, la loi de programmation sur la sécurité.

Ce premier semestre fut compliqué sur le plan politique puisqu’il a fallu s’adapter à l’absence de majorité absolue. Mais sur la mise en œuvre du projet d’Emmanuel Macron, il ne s’est agi que d’une mise en jambes. Avec son second semestre à Matignon, Élisabeth Borne entre dans le dur.

Sur le plan régalien, la Lopmi (sécurité) passera sans difficulté avec les voix de LR, voire du RN, mais trouver une majorité sera plus compliqué sur la loi immigration pour laquelle Gérald Darmanin et Olivier Dussopt entament…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Black Friday

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.lefigaro.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    le cerveau derrière Lockbit enfin arrêté !

    Chassaigne (PCF) pour “une politique extrêmement offensive” sur le nucléaire