Artstrip world

Paris votera jeudi une subvention de 100 000 € à SOS Méditerranée

L’ONG sur le terrain de l’aide aux migrants VINCENZO CIRCOSTA / AFP

La délibération de soutien à l’ONG qui affrète l’Ocean Viking est portée par deux adjoints d’Anne Hidalgo. Si cette aide est votée depuis plusieurs années déjà, elle prend un relief particulier cette année. Le groupe LR s’y oppose.

Jeudi, pas moins de 5 élus de la gauche et des écologistes se sont inscrits pour défendre au Conseil de Paris la délibération de soutien à l’ONG SOS Méditerranée qui vient en assistance aux migrants. Une subvention de 100 000€ devrait sans problème leur être accordée au vu des rapports de force politiques à Paris. Le groupe Changer Paris des LR va en revanche, s’y opposer fermement. La subvention est octroyée chaque année depuis 2016 mais prend cette année une teinte particulière du fait de l’arrivée controversée à Toulon le 11 novembre de leur navire humanitaire, l’Ocean Viking, chargé de 234 personnes.

Ian Brossat « assume à 1000% »

La délibération en faveur de SOS Méditerranée est portée par deux adjoints d’Anne Hidalgo, le communiste Ian Brossat, en charge du Logement à Paris mais aussi du dossier des migrants et Arnaud Ngatcha, qui porte les relations internationales. Ian Brossat rappelle que cette aide dont il est « fier » et qu’il assume « à 1000% » est votée « depuis plusieurs années déjà ». Elle était portée avant 2020 par une autre adjointe d’Anne Hidalgo, la centriste Dominique Versini, ancienne secrétaire d’État sous Jacques Chirac. À hauteur moindre cependant. Brossat assure que cette délibération « n’est pas votée en catimini. De nombreux Conseillers de Paris vont prendre la parole ».

À VOIR AUSSI – Ocean Viking: la France prévoit d’expulser 44 des 234 rescapés

« S’il y a 100 000€ de trop à Paris, qu’on en fasse profiter les crèches… »

Vice-président délégué du groupe LR, David Alphand reconnaît qu’il s’agit « d’une décision délicate sur un sujet complexe » mais s’y oppose avec « trois motivations, de droit, budgétaire et politique ». Selon ce conseiller de Paris, « le sujet étant lourd, brûlant, touchant à nos relations avec nos voisins italiens, il n’appartient pas à l’exécutif de Paris d’ajouter de la complexité à la complexité dans la diplomatie menée par l’État français ». Au nom de son groupe, David Alphand estime par ailleurs que « les Parisiens qui ont parfaitement su accueillir les réfugiés ukrainiens n’ont pas besoin d’un tel vœu pour être sensibilisés au problème des migrants ». « S’il y a 100 000 euros de trop à Paris, ajoute l’élu LR, qu’on en fasse profiter les crèches de la capitale ». Enfin, le groupe s’oppose politiquement à ce soutien financier. « Cette ONG, comme d’autres, nous place trop souvent devant le fait accompli en se présentant dans les eaux des États dans lesquels ils veulent accoster », dénonce l’élu. « Voter cette subvention, soutient Alphand, c’est valider un système qui volontairement ou non, nourrit l’activité criminelle des passeurs ».

Au sein du groupe LR, un débat a eu lieu ces derniers jours, certains préférant ne pas prendre part au vote, d’autres souhaitant s’y opposer. Ces derniers l’ont emporté, comme l’an dernier. Par ailleurs, le 12 septembre, le Tribunal administratif de Paris a validé la possibilité pour une collectivité de voter une telle subvention, arguant du droit propre à la « coopération décentralisée ». Une requête avait été déposée pour annuler une précédente délibération de subvention.

À VOIR AUSSI – Ocean Viking: «Nous sommes les gardiens de notre propre impuissance»

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.lefigaro.fr

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *