Paire pète encore les plombs ! (vidéo)

Vainqueur en trois sets (4-6, 6-4, 7-5) de l’Australien Sweeny au 1er tour du tournoi Challenger de Matsuyama (Japon), Benoît Paire a encore complètement pété les plombs, après un point perdu dans la première manche.

S’il y avait une hiérarchie des craquages les plus violents de Benoît Paire en plein match, celui de ce mardi lors du tournoi de Matsuyama (Japon) figurerait indubitablement parmi les premières places du classement. L’Avignonnais, de nouveau en lice en Challenger (il avait déjà disputé le tournoi de Brest fin octobre et ceux de Lisbonne, Braga et Rennes un peu plus tôt), a une nouvelle fois totalement dégoupillé, pour ses débuts dans l’épreuve, mardi contre l’Australien Dane Sweeny, 237eme mondial. Le Français, tête de série numéro 5 du tournoi, s’est imposé en trois sets après avoir cédé la première manche (4-6, 6-4, 7-5).

Mais tous les observateurs et spectateurs présents ne retiendront assurément qu’une seule chose : le craquage complet de Paire après avoir envoyé un revers dans le filet à 3-3 dans le premier set. Une faute directe qui avait pourtant tout d’anodine qui a plongé le 179eme au classement dans une colère folle. Au bord de la crise de nerfs, hystérique, le joueur sorti d’entrée lors des trois derniers tournois ATP qu’il a disputés (US Open, Cincinnati et Montréal) a alors hurlé des injures d’une vulgarité sans nom – « Enc… par une p… !« , « Va te faire enc…. ! P….. de ta mère la p… ! Ta mère la p… ! » – puis il a remis ça sur le point suivant, et ce alors que l’arbitre venait de lui faire savoir que ce genre de comportement n’était pas tolérable sur un court de tennis.

« Mais pourquoi je viens au Japon, p….. ? »

Paire donnait d’ailleurs l’impression d’avoir digéré le recadrage de l’homme de chaise, qu’il avait uniquement invité à « ouvrir les yeux« . Mais au moment de regagner sa chaise au changement de côté, le Français a de nouveau pété les plombs, visant de nouveau l’arbitre et se reprochant à haute voix, et toujours en criant, d’avoir fait le voyage à Matsuyama. « Allez super! C’est super! C’est super ces tournois ! Mais pourquoi je viens au Japon ? Pourquoi ? Pourquoi je viens au Japon ? Explique-moi pourquoi. Tu viens, il ne voit rien. Explique-moi pourquoi. » Les organisateurs n’ont pas dû comprendre non plus. Pas plus que le psychologue que Paire a assuré consulter régulièrement, précisément pour éviter de craquer comme il l’a encore fait mardi. Surtout qu’à force, ça deviendrait presque gênant.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.sports.fr

banner