in

«LR et le devoir d’imagination»

Le siege du parti les republicains rue de vaugirard à Paris, en mai 2022. Magali Cohen/Magali Cohen / Hans Lucas via Re

CONTRE-POINT – Plus la droite rétrécit, moins ses acteurs acceptent la diversité des sensibilités.

Deux semaines décisives pour Les Républicains. Voilà de longues semaines qu’Éric Ciotti, Aurélien Pradié et Bruno Retailleau font le tour des fédérations. Mais la campagne pour la présidence du parti n’a pas encore réussi à créer l’événement politique. L’unique débat entre les trois candidats, lundi soir sur LCI, donnera le coup d’envoi du sprint final. Et offrira à LR la médiatisation espérée.

La campagne interne aura au moins eu un premier bénéfice: faire remonter le nombre des adhérents. Ils sont 91.000 à pouvoir voter, soit quelque 40.000 de plus qu’avant l’été. Cela reste un plancher historique pour un parti qui comptait encore 140.000 membres lors du dernier scrutin, qui avait conduit à la désignation de Valérie Pécresse à la présidentielle. Mais au moins, ce rebond vient démentir les proclamations anticipées de mort clinique du parti. Quel que soit l’élu, la reconstruction militante sera un préalable à toute reconquête.

Un même dilemme

Le débat de lundi contribuera à mettre en lumière les différences…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Black Friday

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.lefigaro.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    La moto électrique futuriste FUELL Fllow d’Erik Buell enfin disponible en précommande

    CR7 fait des confidences sur Messi et son épouse