in

l’industrie crypto mise en cause


13h00 ▪
3
min de lecture ▪ par
Luc Jose A.

La question du potentiel rôle de l’industrie crypto dans l’effondrement bancaire récent fait polémique. Certains responsables américains ont des avis bien tranchés. Pour d’autres, la réponse n’est pas aussi évidente.

4 pièces de cryptos diverses

Les cryptos, coupables indirects de la faillite bancaire ?

La Réserve fédérale (Fed) a pu bloquer l’expansion de la crise bancaire récente grâce à un soutien de 300 milliards $. Mais la question des causes de cette situation, particulièrement celle d’une potentielle contribution de l’industrie crypto, cristallise les échanges au niveau des pouvoirs publics. C’est le constat fait lors des échanges qu’ont eus, à ce sujet, des membres de l’exécutif avec la Chambre des représentants.

Il faut dire que les avis sur la question restent dans l’ensemble très mitigés. Interrogée sur la question de savoir si l’industrie a pu contribuer aux faillites des banques SVB et Signature, Nellie Liang, la sous-secrétaire d’État au Trésor, répond : « Je ne pense pas que les [compagnies de, Ndlr] cryptomonnaies aient joué un rôle direct dans ces deux faillites ».

Si responsabilité il y a, celle-ci serait donc indirecte. C’est ce qu’on peut raisonnablement déduire de l’intervention de la responsable. Son avis semble pourtant n’avoir aucun lien avec la position qu’a prise Michael Barr, vice-président de la Réserve fédérale, sur ce sujet.

D’après ce dernier, qui a également pris part aux auditions, le naufrage de ces deux banques serait la conséquence directe de choix commerciaux inconsidérés. Ceci, souligne-t-il, est particulièrement vrai pour SVB. La chute de cette dernière est liée à la « gestion classique du risque de taux d’intérêt ».

Quoi qu’il en soit, on peut minimalement se positionner en faveur d’une contribution indirecte de l’industrie crypto à cette crise. Un avis qui se baserait sur le fait que cette dernière détenait d’importantes sommes auprès de ces banques. Ce qui aurait, in fine, aggravé le bank run qui a conduit à leur chute.

Cette position est d’autant plus pertinente qu’actuellement, la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) travaille à restituer quelque 4 milliards $ de fonds. Des dépôts cryptos réalisés auprès de la défunte Signature Bank

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Luc Jose A. avatar
Luc Jose A.

Diplômé de Sciences Po Toulouse et titulaire d’une certification consultant blockchain délivrée par Alyra, j’ai rejoint l’aventure Cointribune en 2019.
Convaincu du potentiel de la blockchain pour transformer de nombreux secteurs de l’économie, j’ai pris l’engagement de sensibiliser et d’informer le grand public sur cet écosystème en constante évolution. Mon objectif est de permettre à chacun de mieux comprendre la blockchain et de saisir les opportunités qu’elle offre. Je m’efforce chaque jour de fournir une analyse objective de l’actualité, de décrypter les tendances du marché et de relayer les dernières innovations technologiques et de mettre en perspective les enjeux économiques et sociétaux de cette révolution en marche.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR actudefinances.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Holly Hagan, enceinte, montre sa bosse grandissante alors qu’elle se prépare à accoucher

    Twitter begins phasing out legacy ‘blue check marks’ in latest platform change