Artstrip world

Les Turcs risquent de perdre la protection des droits de l’homme en Europe après le rejet d’un tribunal

ISTANBUL (Reuters) – Nebahat Akkoc dit que sa vie a recommencé après que la Cour européenne des droits de l’homme a statué en 2000 qu’elle avait subi des tortures pendant sa détention en Turquie, l’enhardissant ainsi que d’autres à poursuivre leur combat pour les droits des femmes.

Maintenant, elle craint que les Turcs ne perdent de telles protections alors que la Turquie risque d’être expulsée du Conseil de l’Europe (CoE), un organe de premier plan des droits de l’homme, après avoir échoué à mettre en œuvre une décision de justice de 2019 pour libérer l’homme d’affaires et philanthrope emprisonné Osman Kavala.

Le Comité des ministres du Conseil de l’Europe a lancé une procédure d’infraction contre Ankara qui a jusqu’à présent mis l’accent sur le dialogue, mais pourrait éventuellement voir le retrait de la Turquie ou la suspension de son adhésion, selon les experts.

Interrogé sur les mesures potentielles, un porte-parole du CdE a déclaré qu’il appartenait au Comité de décider des étapes et de leur calendrier.

Caricatures politiques sur les dirigeants mondiaux

Les données de la CEDH montrent qu’elle a rendu 3 820 jugements concernant la Turquie entre 1959 et 2021, dont 3 385 comprenaient au moins une violation des droits – le plus élevé de tous les pays. La Turquie a la plus grande population parmi les 46 États membres et a signé la Convention avant beaucoup d’entre eux.

C’est la deuxième fois qu’une procédure est lancée contre un État membre. Dans le cas précédent, l’Azerbaïdjan a finalement exécuté une décision.

Bien que les conséquences ne soient pas décrites, les experts affirment que la Turquie ne devrait pas être expulsée, car cela priverait 85 millions de citoyens d’un mécanisme qui a permis de dédommager des milliers de personnes.

“J’espère que le Conseil de l’Europe ne portera pas le coup de grâce”, a déclaré Akkoc, une éminente défenseure des droits des femmes. “J’espère que les autorités (turques) appliqueront les décisions de la CEDH et que nous ne serons pas complètement coupés du monde occidental.”

Elle a déclaré que le refus de la Turquie d’appliquer les décisions de la CEDH la rendait “pessimiste”. Mais s’il n’était plus lié par la Convention européenne des droits de l’homme, l’État de droit en Turquie serait nul, a-t-elle ajouté.

Akkoc a déposé des requêtes auprès de la CEDH dans les années 1990, notamment pour le meurtre de son mari et des allégations selon lesquelles elle aurait été torturée pendant sa garde à vue de 10 jours dans la province du sud-est de Diyarbakir en 1994.

En 2000, le tribunal a jugé que l’État turc n’avait pas protégé la vie de son mari et que les traitements infligés à Akkoc en détention, notamment les décharges électriques et les coups à la tête, constituaient de la torture.

“Pouvoir gagner une bataille judiciaire, pouvoir voir que la justice fonctionne malgré tout, ça donne une énergie incroyable”, a déclaré Akkoc.

La Turquie n’avait pas encore pleinement mis en œuvre 521 arrêts et décisions de la CEDH au 8 novembre, dont 136 affaires “de référence”, qui concernent souvent de nouveaux problèmes structurels ou systémiques, a déclaré le porte-parole du Conseil de l’Europe.

L’affaire Kavala a suscité des critiques de la part des alliés occidentaux de la Turquie concernant un système judiciaire politisé. Le Comité a également demandé à plusieurs reprises la libération de l’homme politique pro-kurde Selahattin Demirtas.

Ayse Isil Erguvenc, ancienne juge de la CEDH et professeur de droit à l’Université Kadir Has d’Istanbul, a déclaré que la procédure avait été lancée en raison de la décision selon laquelle la détention de Kavala avait servi à le réduire au silence – la première condamnation de ce type en Turquie.

Le Comité a déclaré en septembre que les responsables devraient discuter des mesures supplémentaires à prendre si Kavala n’était pas libéré.

Erguvenc a déclaré que cela suggérait que le Comité préférait le dialogue.

“Le Comité des Ministres aurait pu prendre une décision beaucoup plus radicale ici mais il ne l’a pas fait”, a-t-elle ajouté.

Le porte-parole du CdE a déclaré que les hauts représentants du CdE avaient “souligné à plusieurs reprises” “l’obligation contraignante” des États membres de mettre en œuvre les arrêts de la CEDH.

Le ministère turc des Affaires étrangères n’a pas commenté cette histoire. Ankara a déclaré au Comité la semaine dernière que l’appel de Kavala et une requête auprès de la Cour constitutionnelle étaient toujours en instance.

(Reportage par Ali Kucukgocmen; Montage par Jonathan Spicer et Gareth Jones)

Droits d’auteur 2022 Thomson Reuters.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *