in

Les macronistes pensent déjà aux prochaines municipales de 2026 à Paris

Clément Beaune, le ministre délégué chargé des Transports, se rêve candidat aux municipales de 2026. Lafargue Raphael/Lafargue Raphael/ABACA

Si quelques noms circulent déjà, tout est fait pour que Renaissance ne soit pas dévoré par les divisions.

Cette augmentation de 52 % de la taxe foncière à Paris, le parti présidentiel a très vite compris qu’il devait s’en saisir pour retrouver une place dans l’opposition à Anne Hidalgo. Même s’il est peu présent au Conseil de Paris (3 sièges sur 163) après son score médiocre aux municipales de 2020, Renaissance (ex-LREM) ne perd pas espoir d’exister. D’autant que LR n’a aujourd’hui plus aucun député dans la capitale. «Il apparaît désormais à tous que la gestion Hidalgo est un naufrage. Nous devons commencer à construire une alternative sérieuse et rassembleuse», confie Clément Beaune, le ministre délégué chargé des Transports qui se rêve candidat aux municipales de 2026. Il n’est pas le seul.

Gabriel Attal, le ministre délégué chargé des Comptes publics, élu des Hauts-de-Seine, reste discret sur ses intentions même s’il se dit «flatté» qu’on lui prête des ambitions à Paris. Laissant entendre qu’il pourrait se laisser tenter… Il a été l’un des premiers à réagir aux annonces d’Anne Hidalgo, lundi…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 60% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.lefigaro.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    de nouvelles formations existent pour les métiers du web

    le vote du Sénat fait espérer à Attal une “majorité” pour voter la réforme