in

Les Français “ne souhaitent pas” une dissolution, estime Véran

Les Français “ne souhaitent pas” une dissolution de l’Assemblée nationale, où le gouvernement ne dispose que d’une majorité relative, a estimé dimanche le porte-parole Olivier Véran, observant également qu’il n’y avait “aucun stigmate” de blocage au Palais-Bourbon à l’heure actuelle.

“Je ne vis pas dans un référentiel qui consisterait à donner une date de péremption à l’Assemblée nationale que nous ont confiée les Français”, a déclaré M. Véran sur le plateau de l’émission Dimanche en politique sur France 3.

“Je pense que les Français ne le souhaitent pas”, a-t-il poursuivi. “Je pense que les Français nous ont accordé une majorité relative pour nous pousser à avoir des démarches d’accord transpartisan, à être capable de sortir un peu des postures”, a insisté le porte-parole du gouvernement.

Emmanuel Macron a lui-même brandi en septembre la menace d’une dissolution – trois mois seulement après les législatives – si les oppositions s’alliaient dans une motion de censure pour renverser le gouvernement.

Le Journal du Dimanche affirme de son côté que le parti Renaissance a bouclé ses préparatifs – calendrier d’investitures, formations des candidats etc. – afin d’être paré à tout moment à l’annonce d’une dissolution.

Mais un tel choix n’est pris qu’en cas de “blocage complet du Parlement”, a souligné M. Véran. Or, “pour l’instant nous n’avons aucun des stigmates de ce blocage”, a-t-il fait valoir.

Et “chaque motion de censure qui a été présentée au Parlement” ces derniers jours, “remporte moins de suffrages que la précédente”, a-t-il ajouté, arguant qu’il n’y avait “pas de majorité alternative à proposer dans le pays”.

Dans ce contexte, M. Véran a lancé un appel à la “droite républicaine”, notamment dans la perspective de la future réforme des retraites “qu’elle appelle de ses voeux depuis des années”.

L’appui des socialistes est aussi espéré sur le texte visant à accélérer les énergies renouvelables, adopté en première lecture au Sénat vendredi soir.

“Au nom de quoi la gauche républicaine s’opposerait-elle à des textes qui permettent d’augmenter la puissance solaire dans notre pays”, s’est interrogé M. Véran.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR information.tv5monde.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    «La menace de dissolution, c’est ‘‘retenez-moi ou je fais un malheur”»

    Le MRC doit dire officiellement ce qu’il reproche à Eto’o