in

Les exercices militaires américains en Asie-Pacifique sont-ils une tentative voilée de freiner la puissance chinoise ?

Publié le: 14/03/2023 – 23:09

L’activité militaire américaine récente dans la région Asie-Pacifique est en hausse, y compris des exercices aux Philippines et en Corée du Sud ainsi qu’un récent accord sous-marin conclu entre les États-Unis et l’Australie. La Chine a entre-temps accusé les États-Unis d’encercler le pays. FRANCE 24 s’entretient avec un expert pour faire la lumière sur la montée des tensions.

Les États-Unis ont déclaré mardi qu’ils organiseraient le mois prochain les plus grands exercices militaires conjoints jamais organisés avec les Philippines, qui comprendraient, pour la première fois, des exercices de tir réel dans la mer de Chine méridionale contestée et une simulation de défense d’une petite île des Philippines de près de 300 kilomètres (190 miles) au sud de Taïwan. Cette annonce fait suite aux inquiétudes exprimées par la Chine concernant des exercices militaires similaires menés par les États-Unis et la Corée du Sud dans la péninsule coréenne. Washington et Séoul ont lancé lundi leurs plus grands exercices militaires conjoints en une demi-décennie, provoquant une réponse sévère de la Corée du Nord alors qu’elle tirait deux missiles dans les eaux au large de sa côte est.

Alors que les tensions montent en Asie-Pacifique, FRANCE 24 s’est entretenu avec Marc Julienne, responsable de la recherche sur la Chine au Centre d’études asiatiques de l’Institut français des relations internationales (IFRI) pour faire la lumière sur la situation actuelle.

FRANCE 24 : La Chine a exprimé ses inquiétudes concernant les forages américains en Asie-Pacifique ainsi que le récent accord négocié par AUKUS, qui verrait les États-Unis fournir des sous-marins à propulsion nucléaire à l’Australie. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a critiqué mardi les États-Unis pour avoir maintenu une mentalité de guerre froide. Trouvez-vous la critique valable? Les États-Unis cherchent-ils à « contenir » la Chine ?

Marc Julienne: Le président chinois Xi Jinping et son nouveau ministre des Affaires étrangères Qin Gangtous deux ont utilisé un langage sévère la semaine dernière à l’égard des États-Unis, les condamnant pour avoir conservé une « mentalité de guerre froide » et, pour la première fois, les accusant de déployer une stratégie de « confinement » vis-à-vis de la Chine. C’est assez nouveau dans le discours politique chinois, et bien que nous puissions en entendre des échos dans certaines publications américaines, la terminologie est absente du discours public américain.

Le terme « confinement » est en soi assez controversé car il remonte à l’époque de la guerre froide, dont le contexte diffère complètement de notre période actuelle. Je ne peux pas dire si les États-Unis essaient de « contenir » la Chine ou non, mais nous pouvons néanmoins observer des changements factuels externes : d’une part, la Chine cherche à briser l’ordre mondial actuel et à conquérir de nouveaux territoires. car il gagne plus de puissance. Le pays étend de manière agressive sa puissance militaire, que ce soit à la frontière himalayenne, en mer de Chine méridionale, en mer de Chine orientale ou à Taiwan. D’autre part, les États-Unis cherchent à maintenir l’ordre mondial actuel en renforçant leurs mesures de sécurité.

Ce que nous devons comprendre, c’est que de telles actions sont rarement unilatérales et ne concernent pas uniquement les États-Unis et la Chine. D’autres pays de l’Asie-Pacifique ont également commencé à percevoir la Chine comme une menace évidente et ont demandé aux États-Unis de renforcer leurs forces dans la région. Même les Philippines, qui entretiennent depuis longtemps une relation plutôt ambivalente avec la Chine et les États-Unis, ont récemment salué l’ajout de quatre bases militaires américaines.

Dans quelle mesure les récents engagements américains en Asie-Pacifique reflètent-ils un changement d’orientation de l’Europe malgré la guerre en Ukraine ? Quelle est votre opinion sur la question? Les États-Unis laissent-ils l’Europe se débrouiller seule pour se concentrer sur la Chine ?

Je ne vois pas cela se produire dans un avenir proche. Les États-Unis sont le principal fournisseur d’armes de l’Ukraine depuis que la guerre a éclaté au début de l’année dernière et ils ont très récemment promis une aide militaire supplémentaire à l’Ukraine. Pour l’instant, je ne vois pas les États-Unis se désengager de l’Europe. Néanmoins, les inquiétudes concernant un retrait potentiel des États-Unis de la région sont tout à fait légitimes. Les pays d’Europe, en particulier ceux du centre et de l’est avec des territoires contestés, ne pourraient pas se débrouiller seuls en cas d’invasion. Et ces craintes ont été attisées depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

De plus, nous devons nous rappeler que lorsque la guerre en Ukraine a éclaté, beaucoup s’inquiétaient du cas contraire, à savoir que les États-Unis retireraient leurs bases militaires de la région indo-pacifique pour se concentrer sur la Russie et l’Ukraine. Mais cela n’a manifestement pas été le cas.

Mais on ne peut bien sûr pas exclure un scénario où les Etats-Unis décident de concentrer toutes leurs forces en Asie pour contrebalancer la Chine. Nous avons vu un scénario similaire se produire lorsque les États-Unis ont retiré leurs forces d’Afghanistan pour les redéployer dans la région indo-pacifique.

Le Chinois Xi Jinping s’est engagé à « faire avancer le processus de réunification » avec Taïwan et n’a pas exclu d’atteindre son objectif par la force alors qu’il a récemment entamé son troisième mandat. La Corée du Nord a quant à elle lancé plusieurs missiles balistiques menaçant son voisin du sud. Quel rôle l’Europe jouera-t-elle si jamais une guerre éclate dans la région ?

[Contrary to popular belief], le rôle de l’Europe n’est peut-être pas aussi clair qu’il y paraît à première vue. Puisque la guerre est impossible à prévoir, nous ne pouvons que formuler des hypothèses. Dans le cas malheureux où la Chine tenterait de prendre Taïwan par la force, l’Europe se tournerait d’abord vers les États-Unis pour le leadership, dont l’intervention n’est pas garantie ! Les États-Unis ont stratégiquement maintenu une attitude ambiguë au cours des dernières décennies quant à savoir s’ils fourniraient ou non un soutien militaire en cas d’invasion chinoise de l’île, et la position de l’Europe en dépend largement.

Si les États-Unis devaient intervenir et diriger une coalition avec les forces japonaises et coréennes, alors l’Europe montrerait probablement son soutien en condamnant tous les changements unilatéraux au statu quo, une position que les Nations Unies partagent également. L’UE est susceptible d’appliquer des sanctions à la Chine, similaires à celles imposées à la Russie lors de la guerre en Ukraine. Que l’Europe envoie ou non des troupes, cependant, est une question entièrement différente.

Je pense qu’une question peut-être plus intéressante est de savoir ce qui se passera en cas d’invasion de la Corée du Sud par la Corée du Nord. Les États-Unis interviendraient sans aucun doute, mais la Chine interviendrait-elle également au nom de la Corée du Nord ? L’alliance des deux pays étant beaucoup moins solide, il est possible que la Chine choisisse de jouer le rôle de médiateur au lieu de s’engager dans une intervention directe. Et je pense que cela montre à quel point la Chine pèse dans l’ordre mondial.

The post Les exercices militaires américains en Asie-Pacifique sont-ils une tentative voilée de freiner la puissance chinoise ? first appeared on BBDINFOS.

The post Les exercices militaires américains en Asie-Pacifique sont-ils une tentative voilée de freiner la puissance chinoise ? appeared first on BBDINFOS.

Written by Mark Antoine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Modifications de la saison 2 du chapitre 4 de Fortnite

    L’ancien candidat de « Family Feud » accusé d’avoir tué son ex-femme