Artstrip world

Les députés LR plaident pour des centres fermés d’enregistrement des migrants au Maghreb

Forts de leur rôle pivot au Parlement, les députés LR ont l’ambition de peser sur le projet de loi immigration attendu début 2023. Ces derniers ont annoncé ce mardi le dépôt d’une résolution visant à créer des centres fermés d’enregistrement des migrants au Maghreb.

Les Républicains ont décidé de passer à l’offensive sur le thème migratoire. Les députés LR ont annoncé ce mardi le dépôt d’une résolution, dans le cadre du projet de loi immigration attendu en début d’année prochaine, visant à créer des centres fermés d’enregistrement des migrants au Maghreb.

Dans le détail, le texte porté par Les Républicains a pour vocation de s’inspirer du «modèle des îles grecques» en militant auprès de l’UE pour la création de nouveaux hotspots pour accueillir les demandes d’asile, selon le député du Pas-de-Calais Pierre-Henri Dumont.

L’objectif étant que ces camps fermés, critiqués par les ONG, soient localisés «sur les pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie), où Frontex pourrait faire en sorte de traiter les demandes», selon ce dernier.

A travers cette résolution, les députés LR ont aussi milité pour que l’agence européenne de surveillance des frontières Frontex «ait la compétence exclusive pour porter assistance aux naufragés en Méditerranée».

Un «appel d’air» crée par Ocean Viking

Critiquée par l’ancien ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, la politique migratoire est également loin d’être du goût des élus LR. Lors d’un point presse ce mardi, le patron de ces derniers, Olivier Marleix, a dénoncé «un terrible précédent» qui «constituera un appel d’air» en évoquant le dossier de l’accueil du bateau humanitaire Ocean Viking en France.

Délinquance-Immigration : quels sont les chiffres ?

La résolution qu’il a soutenu ce mardi a pour but de «soutenir et rejoindre» l’initiative des pays du sud de l’Europe, à savoir l’Italie, la Grèce, Chypre et Malte, qui dénoncent la gestion des flux de migrants par l’Union européenne.

Dans le texte porté par LR, l’accent a été mis néanmoins sur l’identification de ports sûrs pour le débarquement des migrants et sur la qualification de «crimes contre l’humanité» pour les faits de traite d’êtres humains.

Les députés LR en position de force

Se voulant «ambitieux» en promettant «une méthode nouvelle», Olivier Marleix a prévu de jouer de la position de force de son groupe au Parlement pour faire accepter cette résolution. «Je proposerai qu’avec Bruno Retailleau (patron des sénateurs Les Républicains), nous écrivions conjointement à la Première ministre dans les premiers jours de décembre pour dire ce qu’on souhaite voir figurer dans ce texte», a expliqué le chef des députés LR ce mardi.

Il a souligné l’importance de la reprise des «textes inscrits dans notre niche du 1er décembre, notamment sur l’expulsion des étrangers délinquants». Pour rappel, le futur projet de loi prévoit déjà un durcissement des conditions d’immigration, avec une hausse des expulsions et la création d’un titre de séjour spécifique pour les sans-papiers.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.cnews.fr

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *