Artstrip world

L’entretien prénatal précoce (EPP) : qu’est-ce que c’est ?

L’entretien prénatal précoce

L’entretien prénatal précoce, ou entretien prénatal du 4ème mois, est relativement récent. « Il a été créé en 2007, après l’enquête périnatale de 2005-2007 qui révélait des manques, précise Charline Gayault, sage-femme. Quinze ans après sa création, seules 36,5 % des futures mamans réalisent cet entretien.»

L’enquête périnatale de 2021 montre une légère augmentation par rapport à 2016, mais les femmes enceintes qui en profitent restent une minorité. Pourtant, il a été rendu obligatoire depuis le 1er mai 2020. Théoriquement, les soignants (médecins généralistes, sage-femmes, gynécologues) doivent en informer leurs patientes.

Alors qu’est-ce qui retient les femmes enceintes de se présenter à cet entretien prénatal précoce ? « Plusieurs choses, estime la sage-femme : la méconnaissance de l’existence de cet entretien prénatal du 4ème mois, le fait qu’elles ne savent pas à quoi il sert, pour certaines femmes enceintes leur grossesse se passant bien elles pensent qu’elles n’en ont pas besoin tout comme celles qui ont déjà accouché. »

Un rendez-vous prénatal pris en charge à 100%

Cet entretien préalable précoce peut-être programmé dès le troisième mois de la grossesse. Il peut être réalisé par un médecin généraliste, une sage-femme ou un gynécologue. Il dure entre 45 minutes et une heure et il est pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie. “Dans la pratique, comme durant cet entretien prénatal précoce la préparation à la naissance est abordée, ce sont principalement vers les sage-femmes que se dirigent les femmes enceintes », explique Charline Gayault.

Bon à savoir : l’entretien prénatal précoce peut également être réalisé après le 4ème mois sans souci.

La femme enceinte pourra en apprendre davantage sur ce qui se passe dans son corps, sur ce qu’est une contraction, quand le bébé se retournera-t-il, quels sont les signes qui annoncent son accouchement proche, sur ce qu’est l’effacement et la dilatation du col de l’utérus…

Elle pourra aussi discuter avec la sage-femme du choix de la maternité : publique, privée, maison de naissance… Des différentes positions dans lesquelles elle pourra accoucher : la position gynécologique classique, la posture avec arceau, sur le côté, à genoux, accroupie, debout, et comment pousser le jour J.

La sage-femme pourra aussi lui parler des aléas de l’accouchement et de l’utilisation éventuelle de ventouse, de forceps, de spatules, mais aussi sur une éventuelle déchirure ou la nécessité de réaliser une épisiotomie.

À quoi sert l’entretien prénatal précoce ?

L’entretien prénatal du 4ème mois a été mis en place pour que les futures mères et futurs pères vivent le mieux possible la grossesse, l’arrivée de leur bébé et leur nouveau rôle de parents.

Charline Gayault, sage-femme : Il ne s’agit, en aucun cas, d’un examen médical, comme le sont les rendez-vous médicaux mensuels de la grossesse, mais d’un échange avec les futurs parents.

Il permet de cerner la santé médicale et psychologique de la femme enceinte, de s’assurer qu’elle n’a pas besoin d’un accompagnement psychologique

« Il s’agit d’un moment d’échange, de temps pour soi, de la future maman ou du couple de futurs parents, les papas étant les bienvenus ! précise la sage-femme. Durant ce moment d’écoute et de partage le praticien de santé demandera à la future maman et à son conjoint (lorsque ce dernier est présent) comment est vécue la grossesse, savoir s’il existe un projet de naissance, comment les futurs parents envisagent leur parentalité… Il abordera également le tabac et l’alcool chez la femme enceinte. Il pourra proposer, en cas de nécessité, l’aide d’un psychologue afin de détecter des facteurs de risques de dépression post-partum, ou d’une assistante sociale par exemple. Sans oublier le post-partum, un ‘4ème trimestre’ dont on parle peu et la future maman et le couple en général, ne sait pas toujours à quoi s’attendre aussi bien physiquement que mentalement.

« L’entretien prénatal précoce permet à toutes les femmes enceintes, qu’elles soient primipares ou multipares de s’offrir un moment pour elles, et d’entrer en douceur dans la naissance, estime Charline Gayault. Lorsque les futurs parents viennent en couple, il permet à chacun de donner son ressenti, de parler de choses qu’ils n’ont pas forcément penser à se dire auparavant. Cela déclenche d’intéressantes conversations. »

La préparation à la naissance

Cet entretien prénatal est également l’occasion d’aborder la préparation à la naissance. « D’expérience, dit la sage-femme, les femmes qui ne connaissent pas l’entretien prénatal précoce ne font pas de préparation à la naissance et vivent leur accouchement souvent en étant plus stressées, car elles ne savent pas combien de temps dure un accouchement, comment réagir en cas de contractions… »

Chaque sage-femme ayant sa spécialité, elle peut également proposer à la future maman des séances de sophrologie pour celle qui a besoin de se détendre durant sa grossesse, de se projeter positivement ; d’hypnose, notamment si la future maman a vécu des traumatismes, si elle cherche des techniques concrètes de détente ; de yoga bien pour la femme enceinte qui a des douleurs, qui a envie de bouger, de se détendre physiquement et mentalement ; ou de préparation à la naissance en piscine pour la future maman qui apprécie de nager, qui ressent des douleurs physiques. Il y a aussi l’haptonomie, le chant prénatal

La femme enceinte pourra en apprendre davantage sur ce qui se passe dans son corps, sur ce qu’est une contraction, quand le bébé se retournera-t-il, quels sont les signes qui annoncent son accouchement proche, sur ce qu’est l’effacement et la dilatation du col de l’utérus

Elle pourra aussi discuter avec la sage-femme du choix de la maternité : publique, privée, maison de naissance… Des différentes positions dans lesquelles elle pourra accoucher : la position gynécologique classique, la posture avec arceau, sur le côté, à genoux, accroupie, debout, et comment pousser le jour J.

La sage-femme pourra aussi lui parler des aléas de l’accouchement et de l’utilisation éventuelle de ventouse, de forceps, de spatules, mais aussi sur une éventuelle déchirure ou la nécessité de réaliser une épisiotomie.

Quelles questions poser lors de l’entretien du 4ème mois ?

Toutes celles que se posent la future mère et le futur père ! Car, comme le dit la sage-femme : « C’est un rendez-vous totalement personnalisé. »

La future mère et le futur père peuvent demander des conseils pour bien vivre la grossesse, comment préparer l’arrivée de leur futur bébé, demander quels sont leurs droits, se renseigner sur l’alimentation du nouveau-né (envie d’allaiter ou non, donner le biberon).

Qu’est-ce qu’a changé l’entretien prénatal du 4e mois ?

Seulement un peu plus d’un tiers des femmes enceintes s’inscrivent à l’entretien prénatal précoce, bien qu’il existe depuis 15 ans. En conséquence, les chiffres du bien-être pendant la grossesse et en post-partum ne sont pas vraiment meilleurs qu’avant qu’il n’existe.

Le second entretien prénatal

Outre l’entretien prénatal précoce, les futures mamans bénéficient d’un second entretien au cours de leur grossesse. Ce dernier a pour but de les aider à organiser leur retour à la maison après la naissance de leur bébé.

« Participer à l’entretien prénatal précoce est également l’occasion de rencontrer la sage-femme qui sera peut-être disponible pour le suivi en post-partum », précise Charline Gayault.

Or, cela peut être important de déjà connaître la soignante qui nous accompagnera après la naissance. Ce ‘4ème trimestre’ n’étant pas toujours simple à gérer, on se sent plus en confiance quand une première prise de contact a déjà eu lieu durant la grossesse

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.santemagazine.fr

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *