in

le navire accostera vendredi à Toulon, 9 pays européens vont accueillir une partie des migrants

Le navire Ocean Viking sera accueilli par la France au port de Toulon et « un tiers » des passagers migrants seront « relocalisés » en France, a déclaré jeudi 10 novembre le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin, à l’issue du Conseil des ministres.

Neuf pays européens se sont engagés à accueillir les « deux-tiers » des 234 migrants recueillis par l’Ocean Viking, a précisé le ministre sur TF1. Parmi ces pays, l’Allemagne doit accueillir « plus de 80 personnes ». La Croatie, la Roumanie, la Bulgarie, la Lituanie, Malte, le Portugal, le Luxembourg et l’Irlande accueilleront eux aussi des migrants au nom de la « solidarité européenne », a déclaré Gérald Darmanin.

Ceux qui seront accueillis doivent être « éligibles à l’asile »

Les réfugiés accueillis sont ceux qui sont « éligibles à l’asile », a ajouté le ministre en répétant que « ceux qui ne pourront pas avoir l’asile repartiront directement dans leurs pays d’origine ». Des « contacts sont pris avec les pays concernés pour procéder aux procédures » permettant « l’expulsion de ceux qui ne remplissent pas les conditions de l’asile », a précisé l’ entourage du ministre.

Les passagers de l’Ocean Viking sont Bangladais, Érythréens, Syriens, Égyptiens, Pakistanais, Maliens, Soudanais et Guinéens, a énuméré la même source.

« Conséquences extrêmement fortes »

« L’Italie se met en dehors de ses engagements internationaux », a dénoncé le ministre de l’intérieur, qui a par ailleurs mis en garde le pays de « conséquences extrêmement fortes sur la relation bilatérale entre la France, l’Europe et le gouvernement italien ». Selon Gérald Darmanin, « l’Italie devait accueillir ces personnes. Se pose la question des suites juridiques » de cette décision, a-t-il ajouté. Le ministre a annoncé que la France suspendait l’accueil prévu cet été de 3 500 réfugiés actuellement en Italie.

Gérald Darmanin a en outre précisé que cet accueil se faisait « à titre exceptionnel au vu des 15 jours d’attente que les autorités italiennes ont fait subir » aux passagers. Le ministre a également assuré mener des discussions avec d’autres gouvernements pour répartir l’accueil des 234 migrants dont 57 enfants et une vingtaine de personnes « malades ».

Le ministre italien de l’intérieur Matteo Piantedosi a qualifié de « totalement incompréhensible » la décision française de mesures de rétorsion envers Rome. « La réaction de la France face à la requête d’accueillir 234 migrants, quand l’Italie en a accueilli 90 000 seulement cette année, est totalement incompréhensible », a déclaré le ministre dans un communiqué.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.la-croix.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Après cinq ans de silence, Big Ben va de nouveau retentir

    PlayStation Plus Extra et Premium : Kingdom Hearts nous fait la totale en novembre – Actu