in

Le Koweït exécute sept condamnés pour meurtre

KOWEIT (Reuters) – Le Koweït a exécuté mercredi sept personnes reconnues coupables de meurtre et d’autres crimes pour la première fois depuis 2017, suscitant les critiques de la Commission européenne qui a déclaré que l’envoyé du Koweït auprès de l’UE à Bruxelles avait été convoqué.

Trois hommes et une femme koweïtiens, un Syrien, un Pakistanais et une Éthiopienne ont été exécutés à la prison centrale de l’État arabe du Golfe, a indiqué le parquet dans un communiqué publié sur Twitter.

Il a déclaré que le meurtre justifiait la “punition la plus sévère de l’exécution”, qui agit également comme un “dissuasif” pour les autres.

“Il est regrettable qu’en dépit d’avoir soulevé cette question hier et d’avoir reçu des assurances du contraire, le Koweït ait procédé à 7 exécutions aujourd’hui”, a déclaré Margaritis Schinas, vice-présidente de la Commission européenne pour la promotion du mode de vie européen, dans un communiqué sur Twitter.

Schinas a déclaré que l’Union européenne s’oppose fermement à la peine de mort et que le service diplomatique de l’UE a convoqué l’ambassadeur du Koweït auprès de l’UE à Bruxelles. Les exécutions seraient évoquées lors des discussions sur la proposition de la Commission d’inscrire le Koweït sur la liste sans visa, a ajouté Schinas.

Caricatures politiques sur les dirigeants mondiaux

En janvier 2017, le Koweït a pendu un prince de la famille dirigeante Al-Sabah pour meurtre avec préméditation aux côtés de six autres prisonniers, dans ce qui semblait être la première exécution d’un membre de la famille royale dans l’État arabe du Golfe.

Ces exécutions étaient les premières au Koweït depuis 2013.

(Reportage d’Ahmed Hagagy au Koweït, de Nafisa Eltahir au Caire et de Lina Najem à Dubaï ; écrit par Ghaida Ghantous ; édité par Jonathan Oatis)

Droits d’auteur 2022 Thomson Reuters.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    La star de TikTok, 23 ans, accusée d’avoir tué un homme dans un accident après avoir eu une liaison avec sa mère dit qu’il a fait de fausses images porno d’elle

    Denise Richards, son mari abattu lors d’un incident de rage au volant à Los Angeles