in

Le Gabon transforme 69% de son bois, le Cameroun à peine 36%

Ainsi, la mesure a créé un avantage pour les usines locales qui n’avaient plus à affronter la concurrence d’acheteurs étrangers. Résultat, avec une offre de bois à prix compétitif, les usines se sont multipliées, faisant augmenter la demande. Ainsi par exemple, entre 2012 et 2022, le Gabon a vu le volume des coupes passer de 1,9 million de mètres cubes à 3,7 millions en 10 ans.

Autre élément qui étaye le rapport de la Banque des Etats de l’Afrique centrale sur le leadership du Gabon dans la transformation du bois en Cemac, la zone économique à régime privilégié de Nkok compte en 2021 ; 68 entreprises spécialisées dans l’industrie du bois. Elles opèrent notamment dans le séchage, le sciage, le rabotage, le déroulage, le placage et la fabrication de meubles.

Aujourd’hui la filière génère 771,4 milliards de FCFA de recettes contre 165,3 milliards il y a 10 ans. «En 2010, le pays produisait 3,5 millions de m3 de bois pour 300 millions de dollars d’export ; il engrange désormais 1,4 milliard de dollars pour 2,5 millions de m3», a affirmé le directeur général de Gabon Special Economic Zone, l’entité qui gère la zone économique spéciale de Nkok.

Ce dynamisme de la filière au Gabon qui génère environ 3000 emplois, et permis de transformer 69% de la production et d’exporter 31% de bois contre plus de 60% au Cameroun qui ne transforme qu’à peine 36% de sa production, s’explique par la mise en place d’un régime d’incitations fiscalo-douanières pour attirer de nouveaux investisseurs.

Exonérations d’impôts sur les dividendes, sur la propriété foncière, exonération de l’impôt sur les sociétés pendant 10 ans (10 % d’IS à partir de la 11e année) et de la TVA pendant 25 ans, les entreprises implantées au sein de la zone économique à régime privilégié de Nkok peuvent rapatrier leurs fonds à 100% et bénéficient de facilités en matière de recrutement de main-d’œuvre étrangère.  Elles sont également exonérées de taxe douanière sur l’importation d’équipements, de machines et des pièces de rechange.

Parmi les grands opérateurs de la filière dans le pays, on compte grâce à la puissance d’Olam Gabon, de grands investisseurs sino-indiens. L’on peut ainsi citer parmi les pays, l’Inde, avec Otim Veener, Akachi Wood, TouchWood, Evergreen ; la Chine menée par Gabon Original Fourniture ou Lida Bois International du Gabon. Des opérateurs de Singapour et de Malaisie y sont également présents.

EcoMatin

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR camerounactuel.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Nicolas Mayer-Rossignol, l’ambitieux maire de Rouen qui veut renverser Olivier Faure

    Seuls les génies peuvent retrouver le chien dans l’image en moins de 11 secondes