in

La stratégie de LFI pour s’ancrer dans la France périphérique

Conférence de presse des Insoumis au siège du parti, le 10 novembre 2022. ALAIN JOCARD/AFP

DÉCRYPTAGE – Les Insoumis ont notamment en tête les élections municipales de 2026.

Au lendemain du premier tour de la présidentielle, il suffisait d’observer les résultats à l’échelle d’une carte de France pour comprendre les limites de LFI. Avec ses 21,95 % des voix, Jean-Luc Mélenchon avait principalement perforé dans les métropoles, dans les banlieues populaires et dans les territoires d’outre-mer. Le constat était en revanche moins bon dans les zones rurales et périurbaines, en majorité acquises à Marine Le Pen.

Les Insoumis, qui se revendiquent «en campagne permanente», veulent rectifier le tir. Dans le cadre d’une conférence de presse jeudi après-midi, ils ont annoncé plusieurs mesures phares pour tenter d’implanter le mouvement dans cette fameuse «France périphérique». Le mouvement va ainsi «acheter des locaux» pour ouvrir «un QG dans chaque département». Des militants – appelés «développeurs» – seront également envoyés «plusieurs jours de suite dans un territoire» pour «créer des groupes d’action dans les territoires où il y a une sous-représentation des Insoumis»

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 66% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.lefigaro.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    L’ancien cofondateur de Twitter fait le buzz avec son nouveau réseau social Bluesky

    Afrique du Sud : les Kenyans exemptés de visa d’entrée pour 90 jours