in

la Nupes divisée sur la stratégie

Manuel Bompard prend la parole sur les bancs du groupe La France insoumise, à l’Assemblée nationale, le 18 octobre. Virginie Haffner/Virginie Haffner / Hans Lucas vi

La menace est encore fantôme. Mais, comme dans tous les groupes à l’Assemblée, la perspective d’une potentielle dissolution occupe bien des esprits au sein de la Nupes. Si l’hypothèse apparaît lointaine, voire peu crédible selon certains, les quatre forces de gauche de la coalition préfèrent s’y préparer sérieusement. Un problème existe déjà: contrairement au printemps dernier, où l’accord avait été réglé en treize jours, la stratégie diverge cette fois entre les formations.

À entendre les stratèges de La France insoumise, tout serait pourtant très simple. Les candidats Nupes devraient rester les mêmes sur les 577 circonscriptions – sauf en cas d’abandons individuels volontaires.

Il faut avoir un regard lucide sur la Nupes. La coalition a échoué à être majoritaire. Il faut, certes, garder cette stratégie unitaire, mais il faut aussi revoir les modalités

David Cormand, député européen EELV

Lors de leurs «AmFis d’été», fin août à Valence, les cadres mélenchonistes avaient demandé aux candidats éliminés au premier tour des législatives de continuer à occuper le terrain, déjà dans la perspective d’une dissolution. Quant à la stratégie, il suffirait selon eux de ressortir du placard les affiches «Jean-Luc…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Black Friday

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.lefigaro.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Voici l’outil ultime pour détecter les « deep fakes »

    le Parlement ouvre la voie à une nouvelle réforme