La méthode pour calculer son poids idéal (Pour femmes)

Vous voulez perdre du poids en adoptant un mode de vie sain. Vous avez toqué à la bonne porte ! Perdre du poids pour une meilleure santé, ça s’apprend. C’est encore mieux de le faire de manière naturelle et durable, et cela commence par élucider une des questions que tout le monde s’est déjà posées : j’ai envie de perdre du poids, mais lequel ?

Si nous étions dans un dessin animé, il suffirait d’ordonner à des petits personnages de poids de plier bagage et de trouver refuge ailleurs. Malheureusement, dans la vraie vie, c’est légèrement différent. Il suffit de partir à la conquête du « poids idéal ». Car oui, avant de vouloir perdre du poids, il faut tomber d’accord sur un objectif. Cet objectif est nécessaire, que ce soit mentalement pour la motivation, que pour la santé, en ayant un poids qui vous apportera une bonne santé, joie et prospérité.

Alors, comment calculer son poids idéal quand on est une femme (heureuse, attentive et curieuse, si si je vous vois) ? Et bien, suivez moi pour un petit passage en revue des nombreux indicateurs de poids idéal. Petit conseil, n’oubliez pas votre âme de mathématicienne qui sommeille en vous.

La santé comme critère numéro 1

Mettons-nous déjà d’accord. Rien ne remplace l’avis d’un spécialiste, et il est primordial de ne pas jouer à l’apprentie nutritionniste ou autres triples diplômées en médecine. Nous savons à quel point nos humeurs sont changeantes et nous jouent des tours. Il est fort probable de se trouver trop enrobé un jour, et trop maigre le lendemain.

Il faut donc des indicateurs précis et scientifiquement solides afin de se donner une idée de son poids idéal. Il en existe beaucoup. Là encore, soyons calme et posée. L’Idéal avec un grand I n’est pas recherchée. Le but à atteindre doit être SON idéal. Et puis, ce que vous recherchez, c’est du personnalisé, pour se sentir concerné et chouchouté, et non pas des méthodes générales ou prophétiques.

L’indicateur de l’OMS : l’IMC

Commençons par le plus connu, le plus réputé : l’IMC. Il est utilisé par l’Organisation Mondiale de la Santé (donc pas le petit apprenti médecin du café d’à côté), pour définir des situations de surpoids et d’obésité (et par opposition d’insuffisance

IMC pour trouver son poids parfait pondérale), comme il le souligne dans cet article.

Il s’obtient en faisant le rapport du poids (en kg) par la taille (en m) au carré. L’OMS définit alors une classification, où en dessous de 18,5, il y a insuffisance pondérale, tandis qu’au-dessus de 25, il y a surpoids voire obésité.

NOUVEAU : Avez-vous une chance de perdre du poids naturellement ?

Découvrez mon tout nouveau test santé pour définir quelles sont vos chances de perdre du poids naturellement ? Au total, c’est 18 questions pour déterminer votre bilan minceur. Qu’attendez-vous ?

>> Cliquez ici pour savoir comment perdre du poids

C’est un indicateur très simple à calculer et à utiliser (une balance, un mètre et une calculatrice), mais généralisant, car il ne distingue ni le sexe, ni l’âge. Il est très simple à utiliser pour une grande organisation comme l’OMS, pour détecter l’obésité ou la malnutrition sur de grandes populations.

Mais comment calculer son poids idéal de manière plus personnalisé ? Je vais vous le dire mes chères amies.

L’indicateur pour femme : la formule de Lorentz

Si l’IMC ne prend pas en compte le sexe ou l’âge par exemple, il existe un indicateur de calcul du poids idéal en fonction du sexe : la formule de Lorentz du Dr Friedrich H. Lorentz. Il s’inspire de celle du docteur Broca et a été développée dans les années 50. (1) (2)

Elle est donc plus adaptée, mais plus « complexe » et s’obtient ainsi pour les femmes :

Taille (cm) – 100 – ((Taille – 150) / 2,5)

Ici, vous n’obtiendrez pas un indicateur, mais directement un poids en kg, ce qui est plus pratique. De plus, il ne nécessite que votre taille, et une calculatrice (ou une maestro en calcul mental).

Calculer son poids idéal en fonction de sa morphologie, son ossature, etc.

Outre cette distinction par le sexe, différents indicateurs ont alors été développés par divers chercheurs, afin de s’approcher d’un indicateur précis, en prenant en compte différents critères distinctifs légitimes :

– La formule de Creff prend en compte la morphologie

– La formule de Monnerot-Dumaine prend en compte la morphologie du poignet, qui permet de considérer l’ossature.

Votre Bilan Minceur Pink Body : Un moyen simple et efficace pour démarrer sa perte de poids

Je vous ai préparé 15 questions précises sur vos habitudes de vie afin de mettre le doigt sur ce qui vous empêche de perdre du poids. Cela ne prend que 5 minutes et votre bilan est calculé rapidement…

>> Cliquez ici pour démarrer le test gratuit

– Celle de Bornhardt intègre le tour de poitrine, soit la « largeur » de la personne. (3)

– Celle de Perrault prend en compte l’âge.

Comment s’y retrouver ?

Je sais ce que vous vous dites : j’ai appris plein de choses, mais du coup, comment calculer mon poids idéal avec tous ces indicateurs ?

Premièrement, il n’y a pas de champion de l’indicateur. À titre de comparaison, chaque critère a des avantages que les autres n’ont pas. L’IMC est solide mais généralisant. La formule de Lorentz est intéressante, car elle est adaptée au sexe. Celle de Bornhardt peut être intéressante pour détecter l’obésité, en complément de l’IMC. Ce qu’il est possible de constater, c’est la quantité d’effort effectuée au fil des décennies, par les diverses recherches, afin de tendre vers LA définition d’un poids idéal.

Deuxièmement, cette diversité confirme une chose : il n’y a pas unanimité, d’où cet idéal impossible de manière catégorique. De plus, l’impact social et le ressenti de son propre regard entre aussi en compte. Par exemple, une étude a prouvé que 45 % des femmes sont insatisfaites de leur poids, au-delà de la santé. Cette étude prouve que « l’Idéal » ne peut pas se cacher uniquement derrière un chiffre.

définir son poids de bien êtreTous ces indicateurs sont une manière de se donner un ordre d’idée de son poids idéal à atteindre, afin d’être dans les normes de santé. Une santé qui doit toujours primer. Si vous voyez des critères se basant sur des moyennes hors considérations de santé, ou voulant tendre vers des archétypes, fuyez ! Et c’est bien là l’avantage de l’IMC, qui a l’avantage d’être construit comme un indicateur vis-à-vis des risques de morbidité. En effet, l’obésité et ses conséquences sont reconnues comme la 5ème cause de mortalité dans le monde, selon l’OMS. Les autres indicateurs ont été construits avec des formules mathématiques en se basant sur des populations, soit dans un souci de moyenne sur un échantillon.

Finalement, comment calculer son poids idéal ?

Étant donné tout cela, voici une marche à suivre intéressante :

– Calculer son IMC pour se faire une idée des potentiels impacts de son poids sur sa santé.

– Utiliser d’autres indicateurs : celui de Lorentz particulièrement, ou celui de Creff, qui est intéressant, car il prend en compte la morphologie. Rien ne vous empêche de tous les faire, et de faire une moyenne, si vous aimez les mathématiques. Dans tous les cas, cela va vous permettre de vous faire une idée de la fourchette de votre poids idéal.

– Être satisfaite de son poids. Au-delà des chiffres, il est primordial de rechercher son poids idéal ressenti, celui pour lequel vous vous sentez le mieux.

– Ne rien faire de drastique sans l’avis et les conseils d’un spécialiste.

Car le poids idéal est un savant mélange entre santé physique et mentale, diversité et compétences scientifiques.

Maintenant, vous avez toutes les cartes en main, et il n’y a plus qu’à s’attarder à rechercher comment atteindre ce poids idéal sainement. Ça tombe bien, tout est disponible chez nous pour cela !

Références

(1) Thibaut De Saint Pol. 2008. « Comment mesurer la corpulence et le poids « idéal » ? : Histoires, intérêts et limites de l’Indice de masse corporelle. »

(2) Lorentz, Friedrich H. 1929. « Der Konstitutionsindex der Frau ». Klinische Wochenschrift. 16 : 734- 736.

(3) H. Gray, M.D., and F.B. Allen, M.D. 1921. « Bornhardt’s Formula. ». Boston Med Surg J. 184 : 334-338.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR pink-body.fr

banner