in

la mère de Lola s’exprime pour la première fois

REPORTAGE – Depuis le drame, les parents de la collégienne s’étaient retranchés dans le silence. Lors d’un hommage très sobre rendu à la jeune fille ce mercredi dans le 19e arrondissement de Paris, la mère de la victime a pris la parole.

Un mois après la mort de la jeune Lola, sauvagement tuée à l’âge de 12 ans le 14 octobre dernier dans l’immeuble dont ses parents étaient les gardiens, un hommage a été rendu ce mercredi 16 novembre dans le 19e arrondissement de Paris. La jeune fille avait été enterrée fin octobre dans le Pas-de-Calais, où vivent les grands-parents de la disparue.

Un rassemblement exempt de toute expression politique

Près de 200 personnes se sont rassemblées sous la pluie pour honorer la mémoire de la collégienne, violentée à mort alors qu’elle rentrait chez elle après les cours. «Cette histoire a touché tout le quartier. Nous ne vivons plus tout à fait pareil à présent», lance au Figaro une riveraine intriguée par la masse de parapluies. «On a tous un fils ou un neveu, c’est humain de se sentir concerné», ajoute un habitant. «C’est triste qu’aujourd’hui, voir son enfant se faire charcuter est considéré comme un simple fait divers», grommelle de son côté une septuagénaire.

Le cortège, qui s’est élancé vers 16 heures, s’est d’abord recueilli devant la résidence où vivait Lola. À la demande de la famille, aucune des personnes qui se sont retrouvées en ce mercredi pluvieux ne portait de signe d’appartenance à un mouvement politique. «Le pire, ce sont les utilisations de l’image de notre fille à des fins mercantiles ou politiciennes», a déploré par la suite la mère de Lola.

Les proches et les camarades de classe de la jeune fille se sont ensuite retrouvés sur le parvis de la mairie, où des portraits de Lola avaient été affichés. Un cordon humain de sécurité s’est instantanément formé autour des proches alors que la mère de Lola s’apprêtait à prendre la parole pour la première fois depuis le drame.

C’est la gorge nouée que la mère de famille a commencé à évoquer sa fille, «championne de France de gymnastique aérobic». Mais comment mettre des mots sur ce «tsunami psychologique» qui a frappé la famille Daviet dans la nuit du 14 octobre ? «Lorsque nos espoirs de retrouver Lola se sont évanouis, (…) tout ce que nous avions construit a été détruit», a expliqué la mère de la petite fille, remerciant la solidarité dont ont fait preuve tous ceux qui entouraient Lola lors de son vivant.

Création d’une association dédiée aux enfants victimes de violences

La mère de Lola a notamment annoncé que l’ancien maire de New York Michael Bloomberg s’était engagé pour soutenir financièrement la famille de Lola. Une somme que les parents de la collégienne souhaitent utiliser pour créer une fondation dédiée aux enfants victimes de violences.

Le rassemblement s’est clôturé par un moment de recueillement au son d’une musique entraînante, La Goffa Lolita, dont le refrain, «c’était Lola», résonnait comme un message d’espoir place Armand Carrel. Jusqu’à 20 heures, la mairie est restée ouverte pour que les enfants puissent rédiger un mot pour Lola dans un livre dédié. Certaines têtes blondes ont également accroché des papillons sur l’arbre de vie installé pour l’occasion devant la mairie.

Dahbia B., la principale suspecte dans l’affaire de ce meurtre sordide, avait été mise en examen le 18 octobre pour «meurtre et viol avec acte de torture et de barbarie sur mineure de moins de 15 ans». Celle-ci se trouvait sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Lors de la marche blanche, la mère de Lola a rappelé qu’il ne fallait «pas répondre à la violence par la violence», qu’il convenait de «faire confiance au temps long de la justice pour apporter tous les éléments de compréhension» et que, désormais, était venu pour la famille Daviet «le temps de la reconstruction». «Nous avons besoin de calme et de recueillement», a ajouté la mère de famille, «afin de retrouver un équilibre pour affronter le procès» du meurtrier de Lola.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.lefigaro.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    « 8 milliards d’êtres humains, c’est beaucoup. Mais le vrai problème, c’est le mode de vie des plus riches »

    Corbière demande à Ruffin de ne pas “ranimer une social-démocratie zombie”