Artstrip world

«Je serai partie prenante de la prochaine campagne de 2026» à Paris

«Je ne me résous pas à ce que les familles et l’esprit d’entreprise fuient Paris», explique Marlène Schiappa (ici, à Paris, le 11 novembre). SEBASTIEN SORIANO/Le Figaro

ENTRETIEN – La secrétaire d’État confirme qu’un changement de mode de scrutin dans la capitale est envisagé par l’exécutif.

Marlène Schiappa est secrétaire d’État chargée de l’Économie sociale et solidaire et de la Vie associative. Elle est conseillère régionale (Renaissance) d’Île-de-France.

LE FIGARO. – La mairie de Paris accuse l’exécutif de l’obliger à augmenter la taxe foncière de 52 % pour compenser l’inflation. Ce n’est pas le premier sujet sur lequel vous vous renvoyez la responsabilité. La confiance est-elle définitivement rompue?

Marlène SCHIAPPA. – La confiance, elle est surtout rompue entre la mairie de Paris et les Parisiens dans la mesure où Anne Hidalgo s’était engagée lors de la campagne municipale à ne pas augmenter les impôts pendant toute la durée de la mandature. Ce n’est pas la première fois qu’elle trahit sa promesse puisqu’elle avait juré de ne pas se présenter à l’élection présidentielle. La réalité, c’est que le budget de Paris n’est pas sérieux et que la dette a augmenté de 75 % depuis qu’Anne Hidalgo est maire.

Des élus agitent le spectre de la mise sous tutelle de la ville. Est-ce une…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

Black Friday

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.lefigaro.fr

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *