Artstrip world

Guerre en Ukraine : ce que l’on sait de l’attaque russe sur Kiev

Au moins 100 missiles ont été lancés sur l’Ukraine par les Russes, d’après l’armée de l’air ukrainienne, provoquant de nombreux dégâts sur les infrastructures énergétiques.

100 missiles lancés. Cinq jours après l’annonce du retrait des forces russes de la région de Kherson, la Russie a lancé 100 missiles sur l’Ukraine, faisant retentir les sirènes antiaériennes ce mardi, d’après les autorités locales. Si le pour le moment l’ampleur des dégâts n’a pas encore été pleinement mesurée, les infrastructures énergétiques ont subi de lourds dommages.

«Environ cent missiles ont été tirés (…) depuis la mer Caspienne, la région (russe) de Rostov», et aussi «depuis la mer Noire», a indiqué Iouri Ignat en direct à la télévision ukrainienne, précisant qu’«à ce stade, l’utilisation de drones d’attaque n’a pas été enregistrée».

DES HABITATIONS TOUCHÉES

Plusieurs habitations ont été touchées par les missiles. Un responsable de l’administration présidentielle ukrainienne a d’ailleurs publié une vidéo montrant un immeuble de cinq étages en flammes.

Le maire de Kiev Vitaly Klitschko, quant à lui, s’est exprimé sur Telegram, indiquant que les opérations de recherche et de sauvetage étaient déjà en cours. «Dans le quartier de Petchersk, dans l’un des immeubles touchés par une roquette, les sauveteurs ont retrouvé le corps d’une personne décédée», a-t-il déploré.

Dans le nord-est, une «attaque au missile [a été recensée] contre le district d’Industrialniï à Kharkiv», a indiqué sur Telegram Igor Terekhov, maire de la deuxième ville d’Ukraine. Et dans l’ouest, à Lviv, le maire Andriï Sadovy a exhorté les habitants à rester «à l’abri».

Situation similaire à Krementchouk, dans le centre de l’Ukraine, où la mairie a déploré «une frappe sur une infrastructure critique près de (la ville)». Khmelnytskiï, dans le centre, a aussi été touché par «deux frappes», a annoncé le gouverneur régional, Serguï Gamaliï.

Des actes de torture ont été commis par les armées russe et ukrainienne selon un rapport de lONU

Les précédentes frappes ayant visé la capitale ukrainienne remontaient aux 10 et 17 octobre, et avaient avant tout visé, comme ailleurs dans le pays, les infrastructures énergétiques ukrainiennes, afin de priver la population d’électricité à l’approche de l’hiver.

Une situation «critique» provoquant des coupures d’électricité

A la suite de ces nombreuses frappes, des coupures d’électricité sont actuellement en cours dans plusieurs régions d’Ukraine.

«Les terroristes russes ont mené une nouvelle attaque planifiée contre des infrastructures énergétiques. La situation est critique», a indiqué sur Telegram le chef adjoint de la présidence, Kyrylo Tymochenko. 

Selon lui, la situation dans la capitale Kiev, touchée par plusieurs missiles, est «extrêmement difficile». «Des horaires spéciaux de coupures d’urgence (de courant) sont imposés», a-t-il ajouté, touchant plus de la moitié des habitants de la ville.

A Lviv, le métro est notamment «à l’arrêt», a indiqué le maire, et une partie de la ville de Kharkiv subit également une coupure du courant, selon la mairie. Des interruptions volontaires d’électricité ont été mises en place dans la région de Soumy, frontalière de la Russie, selon le gouverneur régional Dmytro Jyvytskiï, pour préserver le réseau.

Une «réaction de principe» du G20 est demandée

En plein sommet du G20 à Bali, en Indonésie, l’Ukraine a demandé une «réaction de principe» de la part des dirigeants, après les multiples frappes russes.

Ce à quoi le président américain Joe Biden a réagi, condamnant fermement les actions russes. «Ces frappes russes ne feront qu’approfondir les préoccupations au sein du G20 concernant l’impact déstabilisateur de la guerre (du président russe Vladimir) Poutine», a déclaré le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, dans un communiqué.

Dans une courte vidéo, le président ukrainien Voldymy Zelensky a assuré que la Russie «n’atteindra pas son objectif» de destruction des infrastructures énergétiques ukrainiennes. Il appelle toutefois les habitants à rester à l’abri craignant de nouvelles frappes. «Nous travaillons, nous restaurerons tout, nous survivrons à tout», a-t-il affirmé

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.cnews.fr

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *