“grave”, selon Roussel (PCF) qui demande “la transparence”

Le secrétaire général du PCF Fabien Roussel a demandé mercredi “un exercice de transparence” à la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, dont les enfants détiennent des parts dans une société dont les fonds sont en partie domiciliés dans des paradis fiscaux, fait qu’il a jugé “grave”.

“Il y a de l’optimisation fiscale, il y a du conflit d’intérêt. Ce n’est pas une tempête dans un verre d’eau, c’est grave”, a déclaré le patron du PCF sur le plateau de France 2. “La différence entre l’optimisation fiscale et l’évasion fiscale, c’est l’épaisseur d’un mur de prison”, a-t-il ajouté.

Il a critiqué “une manière d’éviter de payer des impôts que tous les Français payent sur les droits de succession notamment” et renvoyé le gouvernement à ses responsabilités dans le refus de sanctionner l’optimisation fiscale, qui est légale en France.

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a ouvert mardi une enquête sur Agnès Pannier-Runacher, après une information de Disclose révélant que ses enfants étaient associés à cette société française dont les fonds sont en partie domiciliés dans des paradis fiscaux et qui n’est pas mentionnée dans la déclaration d’intérêts de la ministre.

L’intéressée a dénoncé mardi des “allégations fausses et calomnieuses”. “A qui profite le crime ?”, a-t-elle lancé mercredi en marge d’un déplacement dans le Pas-de-Calais. “Dès lors que vous avez des allégations qui sont infondées, mensongères et calomnieuses, qui veulent m’amener à ne pas défendre un texte sur les énergies renouvelables qui a été très largement adopté par le Sénat, je m’interroge”, a-t-elle ajouté, se disant “sereine” et “déterminée”.

Le texte qu’elle porte sur les énergies renouvelables doit être présenté à l’Assemblée nationale le 5 décembre.

“Il faut que la ministre aille s’expliquer”, a tranché de son côté le député RN Sébastien Chenu sur franceinfo mercredi. “Si tout va bien, si tout est en règle, continuez votre activité, nous continuerons, nous, à batailler contre ce que vous menez comme politique, en revanche, si vous avez manqué à vos obligations, il faudra en tirer les conséquences, voilà, pas plus pas moins”, a-t-il poursuivi.

“Jamais je ne hurle avec les loups. Il y a des règles, j’entends que les ministres se conforment aux règles et j’attends de voir les suites de l’enquête”, a commenté de son côté sur Sud Radio le sénateur LR Bruno Retailleau.

Mercredi, Politico révèle par ailleurs que la ministre “est domiciliée depuis 2021 dans une maison appartenant aux héritiers du feu député Olivier Dassault” dans le centre de Lens. Mme Pannier-Runacher, à l’époque ministre de l’Industrie, était candidate aux élections régionales et avait besoin d’un point d’ancrage dans les Hauts-de-France.

Selon le site d’informations, son concubin, l’ancien député PS du Pas-de-Calais Nicolas Bays, y réside depuis 2017, verse un loyer aux héritiers Dassault et envisage d’acheter le bien. M. Bays et Olivier Dassault, héritier du grand groupe industriel éponyme et décédé en 2021, étaient tous deux vice-présidents du groupe d’amitié France-Qatar.

Mme Pannier-Runacher n’a pas répondu mercredi à une question sur le sujet.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR information.tv5monde.com

banner