in

Fortnite en pole position pour le métavers

Il y a un peu plus d’un mois, le 6 octobre dernier, la chanteuse francophone Aya Nakamura donnait un concert sur la plateforme du désormais célèbre jeu vidéo Fortnite. Un concert, avec un avatar à son effigie, diffusé en continu pendant 72 heures. Avant elle, d’autres stars internationales, comme le rappeur américain Travis Scott ou la reine de la pop Ariana Grande, s’étaient prêtées au jeu du spectacle virtuel.

Epic Games, l’éditeur du jeu vidéo adoré des ados, est le premier à se lancer dans ces concerts d’un nouveau genre qui mêlent musique et pratiques ludiques. « Fortnite est sur la ligne de départ vers la création d’un métavers, c’est-à-dire un espace non seulement dédié au jeu mais aussi à la socialisation », décrypte Michael Stora, psychanalyste, cofondateur de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines et de L’École des héros, une structure qui vient en aide des jeunes souffrant d’une addiction aux jeux vidéo. « Ce n’est pas parce que Meta, la maison mère de Facebook, ralentit la cadence que le métavers ne va plus exister car, d’une certaine manière, le métavers ce n’est qu’un Internet en 3 D », ajoute-t-il. Chahutée en bourse, la société de Mark Zuckerberg a, en effet, annoncé la suppression de 11 000 postes.

De son côté, Epic Games continue sur sa lancée pour fidéliser les joueurs et attirer de nouveaux publics qui ne sont pas forcément des « gamers », comme les fans d’Aya Nakamura. Paul et Lorenzo, 18 ans, « trop grands » pour jouer encore à Fortnite, se souviennent du concert de Travis Scott, en 2020. « C’était excitant parce que c’était nouveau, raconte le premier. On avait un artiste géant devant nous et on dansait à ses pieds. En plus, il y avait plein de nouvelles animations qui faisaient vivre le jeu, c’était surprenant. » Lorenzo se souvient aussi de la mise en scène et des effets de lumière « vraiment sympas ». « J’avais l’impression d’être à un vrai concert. L’immersion était très réussie. »

À notre avis

Proposer à des adolescents de poser la manette pour regarder un concert semble, a priori, une bonne idée. Epic Games alerte toutefois sur les risques liés aux lumières clignotantes pour des personnes ayant des antécédents de photosensibilité.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.la-croix.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Walmart relève ses prévisions et lance un rachat d’actions de $20 mds

    Hogwarts Legacy : L’Héritage de Poudlard s’offre une longue présentation commentée