Artstrip world

Facebook interdit toujours Trump – du moins, pour le moment

L’ancien président Donald Trump pourrait être à nouveau candidat à la présidencemais il ne peut toujours pas utiliser Facebook.

La plateforme de médias sociaux n’a pas l’intention de rétablir le compte de Trump après l’annonce par l’ancien président qu’il briguera un second mandat à la Maison Blanche, a confirmé mercredi la société. Trump a été expulsé de Facebook après l’attaque du 6 janvier 2021 contre le Capitole américain.

Cependant, Trump n’aura peut-être pas à attendre longtemps pour revenir sur le site. Le sien suspension de Facebook devrait être réexaminé en janvier, deux ans après sa première imposition.

Un changement sera immédiat : en tant que candidat, Trump ne sera plus soumis aux vérifications des faits sur Facebook. En effet, selon les règles de Facebook, les commentaires des élus et des candidats aux élections ne sont pas soumis à des vérifications des faits sur son site.

Tout au long de son mandat de président, l’utilisation des médias sociaux par Trump a posé un défi important aux principales plateformes de médias sociaux qui tentaient d’équilibrer le besoin du public d’entendre leurs dirigeants élus avec des inquiétudes concernant la désinformation, le harcèlement et l’incitation à la violence.

Après l’émeute du 6 janvier, Trump a également été expulsé de Snapchat, Twitter et Instagram, qui appartient à la société mère de Facebook, Meta. La capacité de Trump à publier des vidéos sur sa chaîne YouTube a été suspendue.

La porte-parole de YouTube, Ivy Choi, a déclaré mercredi que la société n’avait pas l’intention de lever la suspension.

Le nouveau propriétaire de Twitter, Elon Musk, a déclaré qu’il n’était pas d’accord avec la décision de la plateforme d’interdire Trump après l’attaque du 6 janvier. Musk a déclaré qu’aucune annonce concernant la réintégration des utilisateurs interdits ne sera faite tant qu’un conseil de modération de contenu n’aura pas examiné la question.

Twitter n’a pas répondu aux questions sur l’impact de la candidature de Trump sur la décision. Depuis sa suspension, Trump a lancé sa propre plateforme de médias sociaux, VéritéRéseaux Sociauxet a déclaré qu’il n’envisageait pas de rejoindre Twitter si cela était autorisé.

Les plateformes seraient justifiées si elles étendaient leurs restrictions sur Trump ou les rendaient permanentes, a déclaré Heidi Beirich, fondatrice du Projet mondial contre la haine et l’extrémisme et membre du Real Facebook Oversight Board, un groupe qui a critiqué la réponse de Meta au contenu extrémiste. et la désinformation.

“Le gros problème est de traiter les candidats comme s’ils appartenaient à une catégorie spéciale et méritaient un traitement spécial”, a déclaré Beirich. “Si vous avez un ensemble de règles, cela devrait s’appliquer à tout le monde. La décision ne devrait pas être une lutte.”

Facebook a initialement placé une suspension de 24 heures sur le compte de Trump le 6 janvier après avoir félicité les émeutiers qui ont pris d’assaut le Capitole. Le créateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé une suspension indéfinie le 7 janvier 2021, ajoutant que “les risques de permettre au président de continuer à utiliser notre service pendant cette période sont tout simplement trop grands”.

Le conseil de surveillance quasi indépendant de la société a confirmé l’interdiction mais a ordonné à Facebook de fixer un délai. L’interdiction doit maintenant expirer le 7 janvier 2023.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *