in

En commission, les députés s’opposent à l’abolition de la corrida

Le député Aymeric Caron (ici en octobre 2022) est à l’origine d’une proposition de loi en faveur de l’abolition de la corrida sur tout le territoire français. Ait Adjedjou Karim/Ait Adjedjou Karim/ABACA

Au cours des débats en séance, les échanges musclés ont donné un avant-goût de ce qui attend le parlementaire antispéciste Aymeric Caron en séance publique, jeudi 24 novembre.

Devant l’Assemblée, Gilles Le Gendre accoste Aymeric Caron, mercredi, en début d’après-midi. L’Insoumis est à peine remis de son échec douloureux du matin. En commission des lois, une majorité des députés ont rejeté sa proposition de loi d’abolition de la corrida sur tout le territoire français. Le Gendre, qui le tutoie, lui tapote l’épaule comme pour le consoler. Le député Renaissance de Paris, qui a voté les amendements visant à supprimer le seul article du texte, souhaite en réalité lui prodiguer ses conseils. «Dans ton introduction, lui dit-il, il fallait que tu séduises et tu as braqué. Tes arguments étaient parfaits mais tu y es allé de façon tellement raide que tu as même fait basculer des votes contre tes intérêts!»

Face à lui, Caron peine à garder bonne contenance. Après le départ de son collègue de la majorité, l’Insoumis prend ses interlocuteurs à témoin. Il est furieux: «C’est quoi ces leçons en radicalité? D’autres avant moi, centristes, écologistes, ont tenté de faire disparaître cette loi d’exception scandaleuse et personne n’y est parvenu, personne! Je suis le seul à avoir été jusqu’en commission des lois et rien n’est dit encore sur le vote de la semaine prochaine…»

Au cours des débats en séance, les échanges – musclés – ont donné un avant-goût de ce qui attend le parlementaire antispéciste en séance publique, jeudi 24 novembre, lors de la niche parlementaire LFI. «Vous êtes un stéréotype à vous tout seul. Vous êtes à la recherche du sensationnel avec aucune volonté de prendre du recul. C’est problématique», a par exemple cinglé la députée LR Anne-Laure Blin. Même avis du côté des troupes majoritaires, partagées sur le sujet mais qui ont bien entendu la volonté du gouvernement de s’opposer à cette proposition de loi. «Vous avez fait le choix de la radicalité et de la caricature», a tancé l’élue Renaissance Marie Lebec.

Les sondages sont éloquents, sans ambiguïté. Les Français ne veulent plus de ces pratiques ignobles

Aymeric Caron.

Mais même dans les rangs de la gauche, la proposition ne fait pas l’unanimité. «Dans ma circonscription, il y a des arènes, des corridas, des jeux taurins et je crois qu’il n’y a pas de barbares», a notamment tancé le député communiste Pierre Dharréville. Au sein du groupe socialiste également, des divergences existent sur le sujet. «Il n’y a pas de majorité qui se soit dégagée à tel point que nous avons décidé de laisser une liberté de vote», a argué la députée PS Cécile Untermaier lors des discussions.

Aymeric Caron, lui, ne décolère pas de sa défaite «face au lobby taurin», accuse-t-il. «Ça s’est joué à très peu, dit-il, mais c’est bien la preuve qu’il est vraiment difficile de faire bouger les lignes dans ce pays.» Et d’ajouter: «Les sondages sont éloquents, sans ambiguïté. Les Français ne veulent plus de ces pratiques ignobles. Ce qui m’a frappé, c’est la piètre qualité du débat. Et moi, je ne veux pas perdre mon temps à dialoguer avec des gens malhonnêtes…»

L’avenir du texte, qui semblait pourtant il y a encore quelques semaines assez consensuel dans la majorité – la présidente du groupe Renaissance, Aurore Bergé, et son vice-président, Sylvain Maillard, y étant favorables -, paraît donc plus que jamais incertain. D’autant que sa quatrième position dans la niche parlementaire LFI ne permettra peut-être pas aux discussions d’arriver à leur terme. Et que certains députés menacent d’ores et déjà de «faire de l’obstruction parlementaire» pour faire durer les débats.

» VOIR AUSSI – Corrida: la commission des lois se prononce contre l’interdiction

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.lefigaro.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Chronométrée à 412 km/h, la Rimac Nevera devient la voiture électrique de série la plus rapide du monde

    les députés adoptent en commission un texte de LFI