in

Discours de haine: Des interpellations en vue

Les gendarmes ont reçu l’instruction d’arrêter les propagateurs de propos portant atteinte à la cohésion sociale

Les personnes coupables de propos haineux et tribaux seront systématiquement interpellées et des poursuites judiciaires seront engagées contre elles. Les mesures prévues par le code pénal seront alors appliquées à leur encontre.

Les éléments de la gendarmerie nationale doivent également suivre l’évolution du phénomène, en collaboration avec les autorités administratives et prendre les mesures qui s’imposent. Ils doivent par ailleurs rendre compte de tous les faits dignes d’intérêt.

Cette décision fait suite au constat de la recrudescence des discours à caractère incitant à la haine tenus par les hommes politiques et les leaders d’opinion et autres individus malveillants dans l’espace public.

C’est l’essentiel à retenir d’un message porté du secrétaire d’Etat à la défense, Galax Yves Landry Etoga adressé aux commandants des légions de gendarmerie sur l’étendue du territoire national.

La montée en puissance des discours de haine dans la société camerounaise a poussé le gouvernement camerounais à organiser un point de presse le 17 mai dernier pour rappeler les conséquences auxquelles les auteurs de tels propos s’exposent.

Le ministre de la communication René Emmanuel Sadi, celui l’administration territoriale Paul Atanga Nji et le président de la commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme Peter Mafany Musonge, ont pris part il ya peu à la conférence de presse dédiée

Written by Aloys Gautier

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Monaco squared

    Jarry drops a new cador