in

Des chercheurs veulent que le monde se prépare à communiquer avec des civilisations extraterrestres

Le sujet est certes bien éloigné de nos préoccupations actuelles, mais pour les scientifiques du programme Seti (Search for Extra-Terrestrial Intelligence), il est pourtant grand temps de penser à développer une procédure officielle visant à organiser notre réponse scientifique et sociale en cas de contact avec une civilisation extraterrestre.

Et si demain, au réveil, les informations nous apprenaient qu’une civilisation extraterrestre venait de prendre contact avec nous ? Un scénario digne d’un film et très peu probable, mais cette possibilité ne peut cependant pas être écartée. Dans ce cas, comment réagirions-nous ? Serions-nous prêts à gérer un tel événement ?

Aussi farfelues qu’elles paraissent, ces questions font cependant partie des préoccupations d’une équipe internationale de scientifiques, coordonnée par l’université de Saint Andrews (Royaume-Uni). Leur objectif ? Préparer l’humanité à un tel événement et organiser dès à présent la réaction appropriée.

Une procédure en cas de menace d’astéroïde mais pas en cas de contact extraterrestre

Alors que de nombreuses études portent sur la détection d’exoplanètesexoplanètes potentiellement habitables et susceptibles d’accueillir une forme de vie extraterrestre, il n’existait jusqu’à présent aucune structure travaillant sur la réponse post-détection d’une éventuelle civilisation intelligente. L’équipe du SETI Post-Detection Hub tente donc de combler cette lacune, en regroupant différentes expertises à la fois en sciences dures et en sciences humaines dans le but d’établir des protocolesprotocoles, des procédures mais aussi des traités permettant une réponse rapide, responsable et coordonnée.

Si cette démarche peut paraître sans intérêt, il faut tout de même rappeler qu’il existe actuellement des procédures clairement établies au niveau des Nations unies dans le cas d’une menace sérieuse d’impact avec un astéroïde. Aucune menace réelle n’existe pourtant à ce jour parmi tous les géocroiseurs identifiés. Les archives géologiques de la Terre nous montrent cependant que de telles catastrophes se sont déjà produites dans le passé. Elles sont rares, mais elles existent, d’où l’intérêt porté à la mise en place d’une procédure en cas de menace. La récente mission Dart en est un exemple. De l’autre côté, nous n’avons jusqu’à présent détecté aucune trace de vie, aussi basique qu’elle soit, sur les planètes qui nous entourent, ce qui fait qu’il est compliqué d’estimer si l’existence d’une société extraterrestre intelligente capable de communiquer avec nous à plus ou moins long terme est crédible, ou pas. D’où le fait qu’il n’existait à ce jour rien de similaire à la procédure anticollision en ce qui concerne un contact extraterrestre.

Organiser la réponse scientifique et sociale en cas de contact extraterrestre

Mais grâce à la mise en place du SETI Post-Detection Hub, les choses commencent à s’organiser. L’équipe a donc commencé à développer des pistes de réflexion pour gérer le cas d’un contact radioradio avec E.T. La première étape serait déjà de pouvoir analyser les signaux d’origine extraterrestre, de les déchiffrer et de leur attacher une signification. Une tâche plus facile à dire qu’à faire ! Pour les experts du programme Seti, c’est dès aujourd’hui qu’il faut commencer à travailler sur ce point et à élaborer un procédé. En d’autres termes, il faudrait dès à présent commencer à apprendre à parler « extraterrestre », ou du moins, avoir les outils permettant l’organisation du déchiffrage d’un potentiel signal. Un travail d’une extrême complexité et qui nécessite la mobilisation de nombreuses connaissances.

Pour les scientifiques du projet, il y a d’ailleurs urgence, car si un signal était détecté demain (une probabilité certes extrêmement faible mais dont on ne peut pas prouver qu’elle est nulle), nous serions totalement démunis, à la fois scientifiquement, socialement, et politiquement.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.futura-sciences.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    “le père sourire” en prison, mis en examen pour viol aggravé sur mineur

    Aurélien Pradié, le franc-tireur