Décarbonation des entreprises: Macron propose 10 milliards d’euros

C’est une main tendue généreuse qu’offre l’exécutif aux industriels. Ce mardi 8 novembre, Emmanuel Macron recevait les 50 sites les plus émetteurs de CO2 à l’Elysée. Le chef de l’Etat en a profité pour annoncer que le gouvernement était prêt à consentir à des efforts financiers si les entreprises acceptaient de doubler leurs efforts en la matière en échange. 

“Si des projets et des sites sont identifiés d’ici à 18 mois, si vous doublez vos efforts (..) nous doublerons les moyens consacrés à cet enjeu et passerons l’enveloppe de 5 à 10 milliards d’euros d’accompagnement”, a déclaré Emmanuel Macron devant les industriels, réunis à l’Elysée.

Le président a par ailleurs fixé un objectif de 5% de baisse le volume d’émission de gaz à effet de serre dans l’industrie d’ici à 10 ans. 

Au lendemain de sa participation au sommet de la COP27 en Egypte, le chef de l’Etat a reçu à l’Elysée une cinquantaine de responsables des sites représentant à eux tous environ 10% des émissions de gaz à effet de serre du pays.

L’industrie, qui représente 10% des emplois en France, compte pour 20% du total national des émissions de gaz à effet de serre.

Parmi les 50 sites conviés à l’Elysée, qui représentent près de 30.000 emplois, figurent des cimenteries, des usines chimiques et sidérurgiques et des verreries appartenant aux groupes Lafarge, Saint-Gobain, ExxonMobil, ArcelorMittal et TotalEnergies, notamment.

Lire aussiCOP27 : les deux angles morts de la lutte contre le réchauffement climatique

Décarbonation forcée

Flambée des coûts de l’énergie d’un côté, rafale de règlements environnementaux imposés par l’Europe et l’Etat de l’autre: les entreprises n’ont d’autre choix que d’avancer à marche forcée vers la décarbonation. Le temps du greenwashing est dépassé. Les grands groupes ont tous leur plan d’action pour s’aligner sur l’objectif “zéro émission” en 2050.

Mais il faut encore accélérer. Selon l’institut Rexecode, les entreprises, qui ont investi au total de l’ordre de 350 milliards d’euros en 2021 en France, devront mettre au moins 35 milliards de plus par an d’ici à 2030. “Une marche de 10%, considérable” relève Michel Didier, son président, surtout pour les PME. Avec deux principaux leviers: l’énergie, qu’il faut économiser et qui doit être plus propre, et l’approvisionnement en matériaux et composants, qui doivent être bas-carbone ou recyclés.

 

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.challenges.fr

banner