Dans « La France a un incroyable talent », cette candidate joue de la flûte avec son vagin

lfaut
lfaut

Dans « La France a un incroyable talent », Béatrice McQueef a surpris tout le monde.

DIVERTISSEMENT – La France a un incroyable talent, et le mot est faible. Ce mardi 8 novembre, une candidate nommée Béatrice McQueef est apparue devant le public et le jury de l’émission phare de M6 pour présenter son numéro de musique un peu particulier : un air de flûte joué avec… son vagin.

Vous avez bien lu. Après que Karine Le Marchand a demandé aux personnes âgées de moins de 18 ans de quitter la salle, « car leurs chastes yeux ne sont pas adaptés » à la scène qui allait se produire, la gynécologue australienne de 40 ans est arrivée. « Cette personne fait quelque chose d’assez exceptionnel, elle a vraiment un incroyable talent », a insisté l’animatrice, s’asseyant aux côtés des quatre jurés.

Béatrice McQueef a alors retiré sa jupe, dévoilant ses bas. Une fois sa jambe posée sur l’une des deux chaises qui l’entourait, la musicienne a inséré le petit instrument de musique dans son vagin. Se tenant sur les deux chaises, elle a ensuite fait le grand écart à l’envers et a ainsi interprété Frères Jacques. Un émoji chat a soigneusement été intégré à l’écran pour cacher les parties intimes de la candidate.

Marianne James et Éric Antoine sont hilares. Hélène Ségara et Sugar Mammy, un peu moins. Ils ont tous les deux buzzé pour que le numéro s’arrête.

À la fin du numéro, Béatrice McQueef est revenue sur la naissance de ce talent. C’est en pratiquant la gymnastique, plus jeune, qu’elle a découvert qu’elle faisait des « pets de foune », une expression qui, en anglais, se traduit par « queef », comme y fait référence le nom de l’artiste.

« Au lieu d’en être embarrassée, précise l’Australienne, je me suis dit que je pouvais l’utiliser et en faire quelque chose de divertissant. » Malheureusement pour elle, son numéro de musique n’a pas conquis suffisamment le jury. Le public, qui a dû les départager, a préféré ne pas retenir Béatrice. La flûte enchantée s’arrête là.

À voir également sur Le HuffPost :

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.huffingtonpost.fr

banner