in

Corps d’enfants dans des valises en Nouvelle-Zélandde: l’accusée sud-coréenne accepte l’extradition

Une Sud-Coréenne accusée du meurtre de deux enfants dont les restes ont été retrouvés dans des valises en Nouvelle-Zélande a accepté d’être extradée, a déclaré vendredi à Séoul un porte-parole de la justice.

Un tribunal de Séoul a approuvé vendredi l’extradition de cette femme de 42 ans, qui avait précédemment nié les accusations, après qu’elle a accepté par écrit le transfert, a déclaré son porte-parole à l’AFP.

“Je peux confirmer que le tribunal a approuvé la demande d’extradition”, a indiqué cette source.

“L’extradition aura lieu dans la semaine suivant l’approbation du ministère de la Justice, ce qui se produira parce qu’elle a accepté le transfert”, ont-ils ajouté, précisant que la suspecte avait “consenti à l’extradition par écrit”.

Le ministère sud-coréen de la Justice doit encore prendre une décision finale.

La suspecte a été arrêtée dans la ville portuaire d’Ulsan, dans le sud du pays, en septembre, quelques semaines après que les autorités néo-zélandaises ont découvert les restes de deux enfants, dont on pense qu’ils avaient entre cinq et dix ans lorsqu’ils sont morts.

Les images diffusées par les médias locaux à l’époque montraient la femme, qui n’a pas été identifiée par la police sud-coréenne ou néo-zélandaise, conduite hors du poste de police d’Ulsan par des enquêteurs en civil, la tête couverte d’un grand manteau.

Les médias locaux lui ont demandé si elle allait avouer les meurtres.

“Je ne l’ai pas fait”, avait-elle alors répété à plusieurs reprises, tandis qu’elle était emmenée dans un véhicule de police.

Les corps ont été découverts par une famille qui a acheté une remorque chargée d’objets – dont les valises – lors d’une vente aux enchères de biens abandonnés.

La police néo-zélandaise a déclaré que les corps avaient probablement été entreposés pendant plusieurs années, compliquant l’enquête.

Les autorités ont souligné à plusieurs reprises que la famille qui a trouvé les corps n’avait aucun lien avec les homicides et qu’elle recevait un soutien pour l’aider à surmonter son traumatisme.

Après avoir reçu une demande officielle d’extradition de la part de la Nouvelle-Zélande, le ministère sud-coréen de la Justice a déclaré qu’il ferait “tout son possible” pour procéder au transfert “conformément aux principes de la loi”.

La police sud-coréenne a déclaré que la femme était née dans le pays et avait ensuite déménagé en Nouvelle-Zélande, avant de revenir en Corée du Sud en 2018.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR information.tv5monde.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Que vont devenir les migrants de l’Ocean Viking ?

    Une femme reproche à son petit ami d’avoir embarqué sans elle – mais les gens sont divisés