in

Conditionner l’obtention des titres de séjour à un examen de français, une vraie «révolution» ?

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin devant l’Élysée, le 26 octobre 2022. LUDOVIC MARIN / AFP

DÉCRYPTAGE – Sur CNews, le 3 novembre, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé cette mesure qui conditionnerait la présence des étrangers en France à la maîtrise de la langue.

«La politique migratoire doit être simple. Est-ce que les gens parlent notre langue ? Non, pas encore. 25% des étrangers qui ont un titre de séjour ne parlent pas français», a déploré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur le plateau de CNews le 3 novembre dernier. Le ministre de l’Intérieur a dès lors proposé «que tous les étrangers qui ont un titre de séjour en France passent un examen de français». «S’ils ne le réussissent pas, on leur retire leur titre de séjour, et ils s’en vont. Ça, c’est une révolution énorme», a-t-il ajouté. Une révolution, vraiment ?

À l’évidence, non. En effet, l’examen de français dont parle le ministre de l’Intérieur existe déjà aujourd’hui pour certains titres de séjour : notamment pour les titres de résident, valables dix ans, ou pour les étudiants. Dans ce cas, un entretien est d’ores et déjà obligatoire. «L’examen de français pour un titre de séjour long est déjà mis en œuvre par le décret sus visé du 28 octobre 2016», précise Delphine…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.lefigaro.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Elève-t-on trop d’animaux ? Ou sont-ils mal répartis ? par Bruno Parmentier

    le Sénat vote un an de stage en désert médical pour les médecins