in

Au sein de l’exécutif, une coalition avec la droite est devenue incertaine

Emmanuel Macron a proposé de former une «alliance» avec la droite. LUDOVIC MARIN/AFP

DÉCRYPTAGE – Les anciens socialistes n’accepteraient pas tous l’arrivée de nouvelles figures de droite.

Observation d’un conseiller ministériel bien informé: avec
LR, c’est le «retour des grandes manœuvres». Il liste les indices qui s’accumulent: prise de parole de Nicolas Sarkozy fin octobre pour presser sa famille politique de s’allier avec la macronie, Emmanuel Macron qui prend aussitôt la balle au bond et propose de former une «alliance» avec la droite. Et, ça ne trompe pas, le «retour en cour» de Thierry Solère, l’ancien député des Hauts-de-Seine – spécialiste des conciliabules politiques – qui avait pris un peu de distance depuis cet été.

Dorénavant, «il participe, selon un ministre, à la réunion “coordination parlementaire et communication”», le lundi à l’Élysée, autour du secrétaire général de la présidence, Alexis Kohler, et Aurélien Rousseau, le directeur de cabinet de la première ministre. Sans oublier les rencontres entre Sarkozy et Darmanin.

Pas d’accord structurel

Le ministre de l’Intérieur, plus hyperactif que jamais, qui parle autant de sécurité que d’augmentation des salaires, «sait qu’il a sa carte…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.lefigaro.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    les promesses faites lors de chaque COP sont-elles tenues ?

    le RN se propose pour présider un groupe d’études sur l’antisémitisme