in

40 millions de PV : pourquoi une telle pluie d’amendes en 2021

Pour l’automobiliste, les occasions sont nombreuses de faire travailler les fonctionnaires de l’Agence nationale de Traitement automatisé des Infractions (ANTAI). Ce sont eux qui reçoivent et traitent les infractions relevées par les radars automatiques en tous genres, qu’il s’agisse de cabines au sol ou sur tourelle, d’appareils mobiles sur chantier ou bien embarqués à bord de véhicules exploités par des prestataires privés. C’est encore l’ANTAI qui se voit transmettre par les agents des forces de police municipale et les prestataires privés les forfaits post stationnement (FPS), qui sanctionnent ceux qui oublient de nourrir le parcmètre. Et puis il y a les procès-verbaux électroniques (PVe), remplis par les agents assermentés avec ou sans interception de l’automobiliste en cas d’infractions aux règles de la sécurité routière. Pour finir, l’ANTAI traite depuis 2019 les amendes forfaitaires délictuelles (AFD), pour certains délits routiers et l’usage de stupéfiants.  

Bref, avec tout ce grain à moudre, personne ne s’étonnera d’apprendre que l’ANTAI n’a jamais adressé autant d’avis de contravention (ACO) qu’en 2021. Pas moins de 14,7 millions d’ACO au titre du contrôle automatisé ; auxquels s’ajoutent 13,6 millions d’ACO au titre du procès-verbal électronique ; pas moins de 11 millions d’avis de paiement au titre du forfait post-stationnement ; et plus de 225.000 amendes forfaitaires délictuelles. A la fin, ce sont donc 52 millions de courriers qui auront été envoyés sur une période de douze mois. Pour alléger ses frais postaux et réduire son empreinte environnementale, l’ANTAI prévoit de généraliser l’avis de contravention électronique, envoyé par email. 

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.challenges.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Google Maps se veut toujours plus immersif avec de nouvelles fonctionnalités de réalité augmentée

    Le judaïsme au risque du politique