in

11 recommandations du Ciane pour aider les femmes durant la période périnatale

Difficultés lors du suivi de grossesse ou pour l’administratif, langue d’attention et d’accompagnement à la maternité, désarroi lors du retour à la maison… Voilà l’amer constat du collectif interassociatif autour de la naissance (Ciane) à propos du ressenti des femmes autour de la naissance.

 Avec le soutien financier de Santé Publique France, le Ciane a lancé une enquête en ligne en 2021, laquelle a permis de recueillir la parole de 8 500 femmes ayant accouché entre 2016 et 2021. 

Face à l’insécurisation des femmes au cours de la grossesse, de l’accouchement, des suites de couches et du retour à la maison”, le Ciane a donc décliné 11 recommandations pour améliorer le parcours de soin des femmes autour de la maternité.

D’abord du côté de l’information, le Ciane aimerait voir chaque maternité mettre à disposition des patientes des indicateurs pour décrire leurs pratiques (taux d’épisiotomie, de césariennes, de déclenchement…). Le collectif souhaite également que soit créé un annuaire en ligne recensant les professionnels assurant le suivi de grossesse, et que les documents d’informations sur les droits et démarches autour de la grossesse comprennent des représentants des usagères et usagers.

A propos de l’offre de soins en périnatalité, le Ciane aimerait qu’une ou deux séances de préparation à l’accouchement soient à destination des partenaires, et que deux séances post-natales soient ajoutées, pour répondre aux interrogations des jeunes mamans. Le collectif appelle à soutenir la diversification des pratiques d’accouchement (accouchement à domicile, maisons de naissance, naissance physiologique dans les hôpitaux), afin que les femmes puissent choisir selon leur profil et leur souhait. 

Alors que la crise du Covid-19 a bien souvent conduit à l’éviction des pères des maternités, le collectif estime qu’il est temps de généraliser leur accueil 24h sur 24 auprès des jeunes mamans et du nouveau-né. L’accouchement pouvant parfois être mal vécu, le Ciane recommande le financement et la mise en place d’un temps d’échange à ce propos entre jeunes mamans et professionnels des suites de couches, et que le recours à un psychologue soit enfin effectif.

Pour un meilleur accompagnement des jeunes mères une fois sorties de la maternité, le collectif aimerait qu’il soit possible d’ajuster aux besoins des femmes le nombre de visites effectuées par les sage-femmes libérales en post-partum. Dans les faits, les sages-femmes libérales font le plus souvent une à deux visites dans le cadre du PRADO, suite à une sortie précoce de la maternité. Et c’est le plus souvent à la jeune maman de s’organiser en amont pour en bénéficier.

Le collectif interassociatif recommande enfin que des efforts soient entrepris en termes de formation et de sensibilisation des professionnels de santé (respect, consentement et bientraitance notamment), mais aussi des futurs et jeunes parents (autour des cours de préparation à la naissance et du congé paternité), et des entreprises (là aussi à propos de la prise du congé paternité).

Reste à savoir quelle suite les autorités de santé donneront à ces recommandations découlant du ressenti des femmes autour de l’arrivée d’un bébé.

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.santemagazine.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    faut-il continuer à organiser des sommets internationaux pour le climat ?

    Les États-Unis vont arborer un logo arc-en-ciel au Qatar